Pierre Karl Peladeau

Un ixième sauveur

Voulez-vous bien nous ficher la sainte paix avec toutes ces vedettes telles que Pierre Karl Péladeau et compagnie! Un ixième prétendu sauveur? Son départ de la vie politique n’était qu’un prétexte en ce qui me concerne et je n’ai pas changé d’avis depuis.

S’il revenait et était élu chef, le parti serait pris avec des conflits d’intérêts à n’en plus finir. Qu’on cesse de «triper» sur la fortune et l’influence de l’argent!

Je ne vois absolument pas cette personne au poste de premier ministre du Québec; y croit-on sincèrement? Personnellement, je ne vois cette personne qu’à un seul endroit: là où il est présentement, à la tête et à la direction de Québécor. Je ne voterai jamais pour une telle personnalité.

Débarrassez-vous, débarrassez-nous de ces vedettes pour influencer l’électorat! On n’en a rien à cirer d’elles. Quelle époque! Ici comme ailleurs, en ces temps difficiles, on veut mettre des vedettes, des gens inexpérimentés, des amateurs, qui n’ont que leur propre intérêt à l’esprit, imbus d’eux-mêmes. Le Parti québécois est un parti vieux, un vieux parti. À défaut de mettre la bonne personne à la bonne place, le train reste à quai.

Je crois que si Alexandre Cloutier avait été élu, le parti n’en serait probablement pas au bord du précipice. L’homme est père de famille, jeune, expérimenté, articulé, compétent, crédible, charismatique, sincère et honnête. Il aurait pu, selon moi, rallier la jeunesse et passer le message.

Militants du Parti québécois, apprenez à faire de meilleurs choix pour que le train redémarre.

Réjean C. Martin

Trois-Rivières