Un hommage aux bénévoles, surtout en cette période de confinement!

OPINION / «Bénévoler, c’est chic!» Voilà le thème de la 46e Semaine de l’action bénévole qui se déroule du 19 au 25 avril. C’est une semaine toujours très attendue car c’est l’occasion de reconnaître les milliers de personnes qui donnent de leur temps dans les organismes communautaires partout au Québec.

Malheureusement, dans les circonstances exceptionnelles que nous connaissons, ces personnes généreuses ne pourront être reconnues et célébrées comme elles le méritent cette année. À Grand-Mère, le Centre d’action bénévole ne tiendra pas son 27e Gala des bénévoles qui rassemblait 400 personnes chaque année pour honorer plus de quarante personnes, récipiendaires élus par leur organisation respective des secteurs Grand-Mère, Saint-Georges, Lac-à-la-Tortue et Saint-Jean-des-Piles de la grande ville de Shawinigan.

Pas de Trophée Micheline Villemure pour souligner le bénévolat d’une vie dans le milieu ni de Trophée Frank Gauthier, encore une fois pour souligner le bénévolat d’une vie dans le monde du sport et de remises d’autres trophées que je ne peux tous énumérer.

L’activité Reconnaissance Jeunesse pour souligner les projets et les actions bénévoles des jeunes des écoles primaires de ces mêmes secteurs ne se tiendra pas non plus, avec parents, professeurs et directions d’écoles. Le maire Angers se faisait un plaisir de recevoir ces jeunes dans la salle du conseil de la ville et de leur souligner qu’ils étaient la relève du bénévolat. Toujours en grand moment pour ces jeunes.

Même si toutes ces personnes, adultes ou enfants ne «bénévolent» pas pour les honneurs, être reconnu publiquement est une grande source de fierté et de motivation pour continuer. Et monsieur le maire avait raison.

Une bonne majorité des bénévoles actuels sont des retraités de 65 ans et plus; nous en avons qui ont plus de 90 ans et il y a fort à parier que plusieurs des 310 membres que compte le Centre d’action bénévole ne reviendront pas après la crise quand tous les services reprendront. On verra bien en septembre qui marque le début d’une nouvelle année.

Mais soyons optimistes, car cette crise a fait sortir de l’ombre de nouvelles personnes, plus jeunes, qui ont répondu aux différentes demandes de personnel bénévole.

Espérons que plusieurs d’entre elles auront découvert le bien-être que procure le don de soi et deviendront la relève fortement nécessaire.

Gaston Bouffard, bénévole

Shawinigan