Hubert Lenoir

Un grand manque de culture

L’auteur, Pierre-Paul Boisvert, est attaché de presse et originaire de la Mauricie. Il adresse cette lettre à Hubert Lenoir.

Cher Hubert,

J’aime ton audace, ta couleur et ta fougue. Comme l’ont fait avant toi les Diane Dufresne de leur époque respective. On ne peut qu’applaudir devant la diversité et le talent.

Cependant, ce que je déteste par-dessus tout, c’est le manque de respect et de classe.

Malheureusement, dimanche soir lors du gala de l’ADISQ, Hubert, en t’enfonçant un précieux Félix dans la gorge, tu as fait preuve d’un grand manque de culture. Ce que tu tentais de t’enfoncer dans la gorge, c’est plus de quarante ans de culture, c’est un hommage à un monument de la chanson, ce que représente le grand Félix Leclerc.

Cher Hubert, je te souhaite de continuer à rayonner et à devenir hors de tout doute un modèle positif pour cette jeune relève du show-business à laquelle tu appartiens.

Le plein bon sens existe-t-il à Trois-Rivières?

Qu’est-ce que l’on peut bien faire pour être ridicule et se donner de la crédibilité? Est-ce que nos conseillers municipaux sont élus pour leurs intérêts (ego) ou pour permettre à la ville de progresser et de s’améliorer? Où est le plein bon sens?

On cherche, on cherche, on cherche... Qu’est-ce que l’on peut bien faire pour être ridicule? Oh! Changer les panneaux de circulation pour réduire la vitesse de 50 km/h à 40 km/h. Pour créer des «trappes à tickets», rien de moins.

Mettons tout en œuvre pour compliquer les rues, pour faire payer par les citoyens, via nos taxes, les coûts à ce changement. Sans compter les policiers affectés à la surveillance concernant ce changement...

À qui va servir ce changement de pancartes? Puisque les statistiques d’accidents impliquant des piétons sont presque nulles, quel est l’objectif de ce changement?

Tant qu’à y être, aussi bien déneiger les trottoirs sur les deux côtés parce que, en traversant la rue, je pourrais risquer d’avoir un accident.

Peut-on employer d’autres moyens plus avant-gardistes? J’aimerais vous rappeler que nous sommes en 2018 et on ne doit pas régresser.

Va-t-on devoir reprendre nos trottinettes pour se promener dans les rues de Trois-Rivières?

Michelle Chiasson

Trois-Rivières