Un don à la Maison des Trois colombes

Chaque année, l’Association des policiers retraités de la région Mauricie–Bois-Francs (APR 04) fait un don à un organisme à vocation caritative. Cette année, l’APR 04 a décidé de remettre ce don à la Maison des Trois colombes de Shawinigan.

Nous nous sommes donc rendu à la Maison des Trois colombes, le 8 décembre, pour y rencontrer Mme Lise Landry, présidente du conseil d’administration et M. Yves Arseneault, directeur général de l’organisme, afin de remettre notre don. Par la même occasion, Mme Landry et M. Arseneault nous ont fait visiter la Maison. Nous avons été impressionnés par l’ampleur du chantier de construction qui y est en évolution. En voyant la grandeur des pièces et l’aménagement en cours, on ne peut que constater que les personnes en fin de vie qui y seront accueillies seront dans un environnement de très haut calibre avec tous les services que cela comporte.

Il y a eu des reportages dans les médias lorsque Mme Landry a décidé de mettre ce projet en marche, mais je sentais l’obligation d’en rajouter afin que les gens comprennent exactement de quoi il s’agit.

La mission de la Maison des Trois colombes est d’offrir gratuitement l’accès à huit lits de soins palliatifs pour accompagner les personnes (adultes et enfants) atteintes du cancer ou d’autres maladies graves incurables et ayant une espérance de vie de moins de deux mois. L’équipe de la Maison accueillera et soutiendra la personne en phase terminale ainsi que ses proches afin que tous vivent cette période difficile de vie dans une atmosphère de respect, de dignité et de sérénité face à la mort. Comme je le mentionnais plus haut, la Maison des Trois colombes est en train d’effectuer des rénovations majeures à la bâtisse acquise, dernièrement, de la famille Buisson. Ils auront aussi besoin de fournitures et d’équipements de toutes sortes pour rendre les services voulus aux personnes sous leurs soins. 

Certes, le ministère de la santé accordera un soutien financier à la cause, mais les administrateurs doivent quand même effectuer des campagnes de financement afin d’avoir les moyens financiers nécessaires pour mener à bien cette oeuvre grandiose. D’après Mme Landry, 50 % du budget et du fonctionnement doit être amassé dans la population et auprès d’organismes de toutes sortes qui ont à coeur de soutenir cette mission pour le bénéfice de la population de la région.

Donc, quand les gens voudront faire un don – par exemple lors du décès d’un proche, au lieu d’envoyer des fleurs – n’oubliez pas la Maison des Trois colombes. Personne ne peut prédire l’avenir. Qui nous dit qu’un jour nous n’aurons pas besoin de recourir à leurs services pour une personne qui nous est chère.

Gilles Bergeron, trésorier

Association des policiers retraités de la région Mauricie–Bois-Francs