Un dépotoir à ciel ouvert

OPINIONS / Récemment, sous un beau soleil d’automne, je pars à vélo et pédale sur la rue Cherbourg puis sur le boulevard Rigaud et tout en regardant les belles couleurs des arbres j’arrive à la piste cyclable. La vraie nature et le tout d’une propreté impeccable. Puis je continue vers le boulevard des Forges avec ses belles fleurs et belles maisons.

Je me dirige vers le boulevard Industriel qui est bien aimé des cyclistes pour sa belle chaussée asphaltée.

Mais rapidement, je suis pris d’une grosse nausée en voyant sur l’accotement de la route à tous les trois mètres des bouteilles d’eau en plastique, des cannettes d’aluminium, des gobelets de café, des papiers mouchoir, des feuilles de plastique, des planches de bois…

N’en pouvant plus de pédaler dans ce dépotoir à ciel ouvert, je retourne rapidement dans la nature de la piste cyclable.

Je peux comprendre que notre Terre ait si souvent des sautes d’humeur et des coups de chaleur quand des individus y déversent régulièrement leurs poubelles.

Le boulevard industriel de Trois-Rivières est un bel exemple de cette solution humaine.

Je me suis dit que dès le lendemain, j’allais y retourner avec mes sacs de vidange pour nettoyer un peu cette horreur…

Richard Turcot

Trois-Rivières