Chicoutimi Registre des armes à feu carabines armes d'épaule Chasse

Un autre son de cloche au sujet du registre

En réaction à l’éditorial de Martin Francoeur intitulé «Des maires qui font fausse route», publié dans notre édition du 1er février dernier.

Permettez-moi de vous donner mon opinion sur cet éditorial que vous avez signé dans Le Nouvelliste, lequel m’a beaucoup interpellé.

D’abord, je fais une corrélation entre votre comparaison des paliers de gouvernements que vous identifiez (gouvernement du Québec vs gouvernements municipaux) et ceux qui ont instauré un tel système d’immatriculation des armes à feu. Voici le parallèle.

Vous prétendez que cette question ne regarde pas les conseils municipaux même s’il y en a déjà 123 qui ont adopté une résolution pour demander soit l’abolition de ce nouveau registre ou un moratoire.

D’aucuns (et j’en suis) peuvent tout autant prétendre que cette implantation d’un registre sur les armes longues ne regarde pas les provinces mais est strictement de juridiction fédérale. C’est d’ailleurs pourquoi la Cour d’appel du Québec est saisie d’un tel litige dont l’audition aura lieu le 26 du mois courant (à moins d’une remise). Ce tribunal aura à statuer sur la juridiction du gouvernement provincial. Les prétentions de l’appelante sont à l’effet que cette loi adoptée par le palier provincial est ultra vires et que seul le fédéral a autorité pour adopter une telle législation.

Par ailleurs, on détecte facilement vos couleurs dans votre article tout comme vous détectez les miennes dans ce que je vous écris ici. Par contre, vous admettez que le registre fédéral des armes longues qui a régné de 1998 à 2012 avait été «maladroitement» mis en place et est devenu un «gouffre financier». Il a été aboli parce qu’il n’a jamais démontré la moindre utilité pour sauver une seule vie et qu’il a coûté 100 fois plus cher que prévu.

Croyez-vous sérieusement que le Québec va faire mieux et que ce système d’immatriculation sera utile et ne coûtera pas les yeux de la tête?

Croyez-vous sérieusement en ce sondage demandé pour le compte de PolySeSouvient est valable pour connaitre l’opinion de l’ensemble des citoyens du Québec? La question qui fut posée à des gens de Montréal seulement était celle-ci: «Êtes-vous pour que la loi sur l’immatriculation des armes à feu soit appliquée à compter du 29 janvier?».

Saviez-vous qu’il y a eu un autre sondage mené par TVA Nouvelles dans le secteur de Rivière-du-Loup et de la Gaspésie et que le résultat était à l’inverse de celui qui a été commandé par PolySeSouvient, soit plus de 98 % qui sont contre ce registre? La question était bien plus claire et directe…

Les chefs de police n’iront jamais à l’encontre des politiciens au pouvoir et les policiers en service ont un devoir de réserve qui fait qu’ils ne peuvent donner leur opinion mais allez du côté des policiers à la retraite et vous entendrez un autre son de cloche.

Ce système d’immatriculation des armes d’épaule va nécessairement tomber soit parce que le provincial n’a pas juridiction pour l’adopter, soit par la non-participation des propriétaires d’armes ou soit après quelques années, avec l’arrivée d’un autre parti politique qui aura le courage de conclure que nous avons dépensé beaucoup trop de deniers publics dans cet inutile registre. Espérons que ça ne sera pas la dernière des trois propositions qui sera la bonne parce que cela démontrera que l’histoire se répète et que nos politiciens ne savent pas apprendre des erreurs du passé. C’est l’argent des contribuables et nos élus de même que les fonctionnaires qui établissent les prévisions ne sont aucunement redevables de leurs erreurs…

Yves Boissonneault

Alma

Président du club La Bernache

Contre le registre, pour la santé mentale