Photo: Stéphane Lessard 
 Aréna Jean-Guy Talbot.
Photo: Stéphane Lessard Aréna Jean-Guy Talbot.

Trois-Rivières: une vision d’est en ouest est nécessaire

OPINIONS/ L’auteure, Monique Leclerc, a été conseillère municipale du district de Châteaudun à Trois-Rivières de 2002 à 2013. Elle avait auparavant siégé au conseil de l’ancienne Ville de Cap-de-la-Madeleine.

Lors de la fusion municipale en 2002, les élus provenant des six anciennes villes qui formaient le nouveau conseil avaient, dans un souci d’harmonie où chacun y trouverait son compte, manifesté la volonté de maintenir des services de proximité tant au plan municipal, commercial, culturel et sportif, et ce, d’est en ouest.

Force est de constater que vingt ans plus tard, le conseil de ville actuel n’a pas la même vision.

Je suis totalement d’accord avec les propos de Martin Francoeur formulés dans son éditorial du 20 novembre dernier concernant la ville que l’on dépouille (Cap-de-la-Madeleine). Plus cela change, plus c’est pareil.

Je me rappelle, entre autres, les combats que nous avons faits pendant trente ans pour sauver l’hôpital Cloutier qui était dans la mire du centre hospitalier Sainte-Marie. Je me rappelle les premières séances du nouveau conseil, où l’accueil envers les propos des citoyens du côté Est n’était pas des plus chaleureux...

J’aurais d’autres anecdotes à raconter… enfin!

Je comprends que des travaux sont nécessaires mais quand je lis dans l’Hebdo Journal que la Ville va prendre son «temps», cela m’inquiète.

Et je me demande s’il n’aurait pas été intéressant, avant de prendre cette décision ou du moins avant de la rendre officielle, de présenter un projet plus structuré qui aurait inclus une prévision de réalisation afin que la population en général sache ce qu’il adviendra de ce service municipal. Car l’inscrire au plan triennal du budget 2020 n’est pas une garantie de réalisation dans les trois prochaines années. Et pour que cela ne fasse pas comme le train à grande fréquence qui croule sur les études… vous connaissez la saga.

Membres du conseil municipal de Trois-Rivières, montrez-nous que vous voulez vraiment travailler pour notre ville, et ce, d’est en ouest. Parce qu’actuellement, cela n’est pas évident.