Les travaux de la piscine de l’UQTR sont suspendus.

Trois-Rivières, offrez-nous le cadeau idéal: la santé!

En réaction à plusieurs personnes ayant écrit dans Le Nouvelliste des textes concernant l’avenir de Trois-Rivières.

«Une ville cool, branchée, belle et divertissante», wow! Quel beau slogan pour la ville de Trois-Rivières! Un slogan rassembleur et moderne proposé par Frédéric Laurin. D’un point de vue personnel, je préfère celui-ci à celui de «TRès Trois-Rivières»… Enfin… ce n’est pas l’objet de mon article, mais bon, je voulais quand même le mentionner. J’écris plutôt pour vous parler des développements concernant le projet d’aménagement d’une piscine municipale. C’est un temps idéal pour relancer le sujet étant donné que les travaux de la piscine de l’UQTR sont suspendus. Il serait pertinent d’en savoir plus, d’ailleurs.

Bref aparté: comme vous le savez, je suis allée au conseil municipal en novembre dernier pour proposer à la Ville ce projet sportif. Le conseiller municipal Claude Ferron m’avait dit de lui faire signe en février, c’est ce que je fais dans le journal. De cette manière, tous les citoyens et citoyennes de la ville seront témoins. J’irai bientôt au conseil en mars.

Premier développement: jusqu’à présent, près de 3500 personnes ont signé la pétition en ligne pour la construction de la piscine de rêve. C’est excellent! Plusieurs personnes ont mentionné sur le site de la pétition qu’ils ont réduit leur activité physique puisque la natation est leur sport favori… C’est bien dommage.

Deuxième développement: j’ai discuté informellement avec la mairesse suppléante Ginette Bellemare et la députée de Champlain, Sonia LeBel à propos de ce projet sportif. Madame Bellemare m’a dit qu’il s’agissait d’une question de priorité, que l’argent de la Ville était consacré pour d’autres projets pour les deux prochaines années, que le budget a été fait, etc. Madame LeBel a trouvé que ce projet était une très bonne idée pour la ville. Ce qui est une bonne nouvelle.

Troisième développement: j’ai écrit en novembre dernier à l’UQTR pour que celle-ci fournisse des statistiques démontrant que la piscine est trop achalandée. Mme Marie-Michèle Doyen, secrétaire juridique, m’a fait parvenir un document qui mentionne et je résume en quelques mots: l’Université du Québec à Trois-Rivières ne possède pas ces informations dans aucun document.

Quatrième développement: le projet de la piscine de rêve a un peu changé. Mais, il a changé pour le mieux, rassurez-vous! Sur Facebook, j’ai constaté qu’il y avait un intérêt pour la construction d’un vélodrome pour Trois-Rivières. Ainsi, une infrastructure sportive publique qui combine le vélo et une piscine serait intéressante, du moins à considérer.

Voilà les développements. Ce projet sportif permettrait de faire rayonner la ville en attirant des touristes et des gens provenant d’autres villes. D’ailleurs, je trouve déplorable, tout comme l’écrit Sylvain Duquette dans son article «Un obstacle à l’activité physique», que la Ville exige des taxes aux résidents des villes voisines utilisant les installations sportives de la ville…

C’est vraiment un frein au développement de Trois-Rivières et à la pratique sportive, comme l’écrit Denis Trépanier. L’objectif est que les gens bougent plus et non l’inverse.

En terminant, la Ville investit 49,2 millions $ pour un projet de Colisée controversé qui n’est pas encore construit en date d’aujourd’hui. Elle pourrait partager cette somme pour ce projet sportif: 4,5 millions $ (le vélodrome) + 4,3 millions $ (piscine) = 8,8 millions $. Il est possible de changer d’idées. Qui ne le fait pas? Je suis certaine que tous seraient gagnants. Dans un contexte électoral, la personne ayant cette vision soit une vision inclusive qui s’apparente au slogan «Une ville cool, branchée, belle et divertissante» et qui fera de la santé une priorité gagnera mon vote! Et les quelque 3500 personnes ayant signé la pétition partagent peut-être cette idée…

Bonne réflexion!

Isabelle Perron

Trois-Rivières