Triste leçon de démocratie

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Nouvelliste
OPINIONS / Nous sommes propriétaires de maisons unifamiliales à Trois-Rivières, sur la rue René-Gagnier, dans un beau quartier familial, près de tous les services et près d’un passage piétonnier récemment aménagé pour encourager les déplacements actifs. 

Bref, un milieu de vie qui reflète bien l’avantage et le confort d’habiter une ville comme Trois-Rivières, géographiquement bien située près des grands centres de la province.

Nous sommes aussi majoritairement des parents d’enfants d’âges préscolaire et scolaire. Comme toutes les familles, cet été, nous avons dû faire preuve d’une grande imagination pour occuper nos petits sans voyager, sans fréquenter les camps d’été. En cherchant des idées de projet, nous avons entendu parler du projet de rues conviviales, mis de l’avant par la Ville. Quelle belle occasion d’en faire un projet éducatif pour nos enfants! La leçon est simple: si tu t’impliques dans ta ville, tu réussiras à la rendre à ton image. L’objectif de ce projet aussi est simple: rendre notre rue conviviale et sécuritaire aux déplacements actifs par l’ajout de mesures simples comme des bacs à fleurs et du marquage sur la chaussée.

Les enfants ont travaillé fort pour expliquer le projet à la soixantaine de résidents concernés. Nous les avons appuyés grandement dans cette démarche et les avons encouragés à continuer. Ils ont récolté un taux d’appui de plus de 92 %. Ils savaient que le succès de leur campagne n’était pas garanti, que toutes les rues proposées ne seraient pas choisies. Ça fait partie de la leçon. Avec grande joie, nous apprenions la semaine dernière que notre rue avait été sélectionnée! Quelle belle nouvelle que nous avons célébrée, chacun dans notre cour, mais fiers de notre implication commune.

Nous avions à peine terminé de célébrer la nouvelle que nous voyions arriver, dans les trois ronds-points qui longent la rue, des pelleteuses et des camions-bennes pour arracher sauvagement tous les aménagements paysagers, principalement composés de plantes vivaces, qui composaient notre environnement depuis plus de dix ans. La raison? La Ville ne veut plus assumer les coûts liés à l’entretien de ceux-ci. Quel goût amer cela nous laisse face à la démocratie municipale! L’administration de la Ville prône les consultations publiques, nous voyons des sondages sur la page Facebook sur toutes sortes de sujets. Une telle décision aurait-elle pu faire partie d’une courte consultation? En tant que résidents de la rue, aurions-nous pu nous occuper d’entretenir ces trois aménagements? La réponse s’impose d’elle-même, vu la mobilisation que nous venions juste de démontrer avec le projet de rue conviviale…

Quand les enfants sont revenus de l’école, lundi, ils ont demandé «Qu’est-ce qui est arrivé dans le rond-point?». Lorsque nous avons répondu que la Ville veut remplacer les fleurs et arbustes par du gazon, les célébrations d’il y a quelques jours ont fait place à des pleurs que nous avons dû consoler…

Quelle triste leçon pour nos enfants!

Melyssa Allard
Isabelle-Julie Carignan
Sylvain Desjardins
Frédéric Emery
Pierre-Philippe Foucher
Jimmy Gagnon
Catherine Lemyre
Éric Marsan
Marie-Eve Paquet
Joelle Paquin

Danick Poulin
Julie Renaud
Jasmine Tousignant
Josée Trudel
Maxim Vézina
Résidents de la rue conviviale René-Gagnier
Trois-Rivières

Devant le constat de ce qui a été fait dans les îlots qui longent notre rue, plusieurs résidents des rues avoisinantes nous ont également manifesté leur appui. Ainsi, ils souhaitent ajouter leur nom aux nôtres:

Michel Adam
Martine Goudreault
Brigitte Grenier
Louis-Bernard Houle
Marianne Houle
Xavier Houle
Vanessa Tourigny

Trois-Rivières