Tout n’est pas toujours parfait

OPINION / Du plus loin que je me souvienne, j’imaginais mon bal de finissants comme un conte de fées, avec ma robe de princesse et mon prince charmant. Du plus loin que je me souvienne, j’imaginais ma dernière année pleine de fous rires avec mes amis mais, vous savez, tout n’est pas toujours parfait.

Terminer l’école un 12 mars sans savoir comment la suite de l’année se déroulera, ce n’est pas parfait. Ne pas savoir ce qu’il adviendra de notre diplôme d’études secondaires, ce n’est pas parfait. Être obligé de rester à la maison ce n’est pas le parfait scénario. Ne plus pouvoir voir ses amis, ses grands-parents et son amoureux, ce n’est vraiment pas parfait. Fêter son anniversaire en confinement, c’est loin d’être parfait, laissez-moi vous le dire.

C’est vrai, tout n’est pas parfait, mais moi, j’ai la croyance qu’il y a du bon dans chaque petite chose de la vie. Dans chaque partie de la vie négative, on peut trouver du positif. Pour chaque problème, une solution. C’est ce que l’on dit. Je sais, c’est difficile à comprendre, je sais parfois la vie est frustrante, mais c’est la vie, on ne peut rien y faire après tout.

Dans un monde où tout va si rapidement, dans un monde où tout nous dépasse, pour une fois, le temps s’arrête. Tous les humains sont présentement face à la même situation, on est tous dans le même bateau. Maintenant, nous sommes obligés de rester à la maison et de reprendre conscience de ce qu’est la base de la vie, on réalise l’essentiel. Moi, je ne trouve pas ça complètement négatif.

Je sais, certains diront que je ne suis qu’une adolescente qui ne réalise pas tous les impacts qu’apportera cette pandémie et qui idéalise beaucoup trop la vie. Je suis consciente, il y a et il y aura des morts. Je sais, il y aura des retombées économiques néfastes, je sais, certaines personnes auront beaucoup de difficulté financièrement, je le sais et croyez-moi, j’en suis fortement attristée. Mais que voulez-vous qu’on fasse (à part bien sûr, suivre les mesures de prévention du gouvernement), ceci est une des nombreuses choses incontrôlables pour l’être humain et par la même occasion ceci est une des choses frustrantes pour l’être humain.

Ces moments que j’ai passés avec ma famille, dans ma petite maison, m’ont fait réaliser à quel point j’ai de la chance d’être bien entourée. Ces moments m’ont ouvert les yeux sur la dure réalité de certaines personnes et sur la générosité et le soutien des autres. Ces moments m’ont fait comprendre que j’aimais énormément mes amis et qu’il est important de chérir chaque moment passé avec les gens qu’on aime. J’ai compris qu’on a besoin d’une proximité humaine, on a besoin les uns des autres.

Laissez-moi vous dire que chaque phase difficile sera suivie de bons moments, après la pluie le beau temps. J’aime bien me dire qu’il serait impossible d’apprécier les journées ensoleillées sans jours de pluie. J’aime bien me dire que ça va bien aller. Je sais que pour certains, cette phrase surutilisée pendant ces temps durs ne veut plus rien dire, mais pour moi, elle est synonyme d’espoir et puis, que voulez-vous qu’on se dise d’autre, on ne peut rien y faire, on ne peut qu’espérer.

La vie est parfaitement imparfaite et il faut savoir l’accepter.

Gabrielle Moreau

Élève de cinquième secondaire à l’école secondaire Paul-Le Jeune

Saint-Tite