Mike Ward

Tout le monde a droit à sa réputation

Lettre ouverte à Mike Ward.

Le droit à la réputation ne constitue pas un privilège et demeure inaliénable. La justice à laquelle vous faites appel est fondée sur le respect, salle d’accouchement de toutes les chartes. Mais aucune clause de quelque charte que ce soit n’a le pouvoir d’en noyer une autre.

À ce titre, la liberté d’expression n’élimine pas les interdits. Dites-moi, iriez-vous jusqu’à ridiculiser un de vos êtres chers au nom de cette liberté?

Dans le but d’atténuer votre tir à l’adresse de vos victimes, accordez-vous quelques instants à parcourir ces bribes de la Charte québécoise des droits et libertés de la personne: «Toute personne a droit à la sauvegarde de sa dignité, de son honneur et de sa réputation […] sans distinction […] fondée sur […] le handicap. Il y a discrimination lorsqu’une telle distinction […] a pour effet de détruire ou de compromettre ce droit. […] Nul ne peut [...] exposer en public un avis, un symbole ou un signe comportant discrimination.»

Ce n’est pas sans raison que le monde de l’éducation, dans sa croisade contre l’intimidation, s’attaque à ces armes virulentes que sont le mépris et la dérision.

Châtier les mœurs par le ridicule demeure encore et avec raison la prétention de la comédie. À la différence de l’humour qui n’a d’autre intention que de susciter le rire sans toujours envisager les conséquences. Il incarne la forme de ridicule à la fois la plus réconfortante et la plus insidieuse.

Heureusement pour vous, le rire demeure le propre de l’espèce humaine, sinon les humoristes affectionneraient les soupes populaires. Aussi étrange que cela puisse paraître, la faculté intellectuelle à la source du rire est le jugement. Le jugement au stade primaire. Sans respect des valeurs.

Quand vous brandissez votre droit de recourir à l’irrespect pour susciter le rire, vous tirez profit de la sphère la moins appréciable de l’espèce humaine. À moins que vous ne sachiez établir la frontière entre respect et irrévérence. Tout en poursuivant les activités caritatives qui ont par contre l’honneur de vous définir.

Gilles Simard

Shawinigan