Terre des hommes

OPINIONS / La Terre, sous les pas de tous ceux qui ont marché pour elle, s’est mise à espérer. Peut-être bien que les efforts concertés des jeunes et des vieux réussiront à sauver quelque pan de son immensité ou encore freiner l’un ou l’autre débordement de ses eaux affolées par les soubresauts climatiques.

Cependant, à certains endroits des gens se sont mis à se chamailler, à s’invectiver, à culpabiliser les plus vieux d’avoir laissé se détériorer un bien si précieux. C’est alors qu’elle s’est mise à désespérer, la Terre.

Toutes sortes de guerres l’auront fait trembler, auront perturbé son harmonie. La chicane de ceux qui la piétinent est chose courante pour elle. Mais aujourd’hui, elle en a assez, la Terre.

«Ne pourriez-vous pas faire les choses autrement? Ne pas vous servir de ma fragilité pour vous liguer les uns contre les autres? Je vous entends creuser des fossés entre générations, accuser les gouvernements de ne pas en faire assez pour moi. Pouvez-vous juste viser l’harmonie dans toutes les démarches que vous entreprendrez pour me sauver et ainsi assurer un meilleur destin à vos enfants? Ne faites pas que leur planter des arbres, semez leur aussi un mieux vivre ensemble.»

Si elle pouvait parler, la Terre, c’est peut-être ce qu’elle dirait.

Hélène Arseneault

Trois-Rivières