Teck Frontier: la catastrophe à éviter

OPINIONS / En ce mois de février, le gouvernement fédéral de Justin Trudeau doit prendre la décision la plus significative de son mandat. En effet, au moment où j’écris ces lignes, il y a en Alberta, un énorme projet minier de sables bitumineux appelé le «Projet Teck Frontier» qui doit être approuvé ou rejeté par le gouvernement fédéral d’ici à la fin du mois de février.

Il s’agirait du plus grand projet minier de sables bitumineux à ciel ouvert. Rappelons que le pétrole issu de ces sables est l’un des plus polluants au monde et consomme des quantités gigantesques d’eau pour son exploitation. En plus de polluer les rivières et les nappes phréatiques, ce projet entraînerait la destruction intégrale de 3000 hectares de forêts vierges et 14 000 hectares de zone humide sans compter qu’il risquerait de menacer la faune et la flore du parc national Wood Buffalo.

Un tel projet est totalement incompatible avec les objectifs de réduction des gaz à effet de serre (GES) du Canada. Si le gouvernement veut réellement être cohérent avec ses promesses, il doit dire non à ce projet. Il devrait plutôt prendre les moyens et soutenir des projets d’énergie renouvelable tels que les parcs solaires et éoliens. Projets dont pourraient justement bénéficier les Albertains.

Par cette lettre, j’interpelle le premier ministre Justin Trudeau et son cabinet en lui demandant de rejeter ce projet insensé. Je souhaite ardemment que le ministre François-Philippe Champagne ait le courage de convaincre ses collègues de dire non à ce projet.

J’appelle également l’ensemble des élus à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour empêcher le projet Teck Frontier notamment la députée fédérale de Trois-Rivières, Madame Louise Charbonneau.

Enfin, j’invite tous les citoyennes et citoyens à manifester leur opposition à ce projet en écrivant et en interpellant les élus fédéraux.

Emanuel Aubin

Trois-Rivières

Hommage à Rita Matteau

Au revoir, Rita, la femme au grand cœur.

Les bénévoles de la Friperie Presque Neuf s’unissent pour te dire notre reconnaissance d’avoir créé cette boutique pour aider la Fondation Albatros.

Depuis plus de vingt-six ans, nous remettons les bénéfices à l’organisme et nous sommes fières de continuer.

Gros merci à toi, nous ne t’oublions pas!

Lucille Lemaire

Au nom des bénévoles de la Friperie Presque Neuf