Taxes scolaires: injustes, inéquitables et abusives!

Depuis quelques mois, on a commencé à travailler sur le dossier des taxes scolaires.

Pourtant, il y a quelques années, la première ministre du Québec, Mme Pauline Marois, constatait qu’il y avait entre un et deux milliards de dollars dans les coffres des commissions scolaires et proposait d’abandonner ce système de taxation.

Les années ont passé et on découvre aujourd’hui que les coffres débordent encore et qu’on doit faire quelque chose.

On se met alors à élaborer un calcul complexe de remise de taxe aux propriétaires québécois.

Ces remises, jugées inégales et injustes, de 10 %, 20 % ou 30 % pour les comptes de taxes scolaires 2018-2019, dépendent de la région dans laquelle on se trouve.

Ces décisions jugées injustes et stupides ne sont pas les pires.

J’arrive en âge près des trois quarts de siècle et je sillonne les forêts du Québec depuis plus de cinquante ans pour la chasse et la pêche. Je suis propriétaire d’un camp de chasse et de pêche. Je paye un bail à la MRC, une carte de la ZEC, un droit de passage pour un pont, des taxes municipales et de stupides taxes scolaires.

Je paye des taxes scolaires exagérées à ma résidence principale de Trois-Rivières, qui sont prouvées par des retours de trop-perçus. Mais de payer des taxes scolaires en plus pour un camp de chasse et pêche, c’est stupide et très abusif.

À noter que durant toutes ces années à visiter la forêt québécoise, le seul autobus scolaire que j’ai vu avait environ vingt ans et avait été converti en véhicule récréatif par des chasseurs, pour manger et dormir!

Il faut se poser la question: «A-t-on besoin d’un deuxième permis de conduire pour à l’occasion conduire l’auto de sa femme ou conjointe?»

Alors à la fin des mandats du gouvernement, il serait temps de faire le grand ménage et d’abolir ces injustices.

Ça pourrait aider dans votre réélection ou vos nouvelles aspirations...

Gilles De Montigny

Trois-Rivières