PHOTO Patrick Sanfaçon, LA PRESSE - MONTREAL, Québec Déconfinement: réouverture des commerces au centre-ville de Montréal. - LUNDI 25 MAI 2020 - # P-ACT-2020-05-25-16445
PHOTO Patrick Sanfaçon, LA PRESSE - MONTREAL, Québec Déconfinement: réouverture des commerces au centre-ville de Montréal. - LUNDI 25 MAI 2020 - # P-ACT-2020-05-25-16445

Soyons «actifs responsables»

OPINIONS / Retrouver la liberté; mais un cadre nouveau. Depuis quelque temps, le gouvernement a amorcé bravement diverses phases de déconfinement tout en devant manœuvrer à tâtons puisque la recette se développe au jour le jour pour préparer le futur… actif et différent.

L’organisme Sports Québec coordonne le travail des fédérations sportives encadrant les étapes futures du retour à une vie «d’avant mais différente». Les fédérations régissant les sports pour les jeunes semblent en bonne voie d’énoncer des recommandations responsables en mettant une emphase accrue sur le rôle des entraîneurs.

Pour les sports de raquette: l’autorisation de renouer avec le tennis selon des modalités énoncées clairement peut s’étendre au badminton et au pickleball. La région est bien pourvue en installations (tant intérieures qu’extérieures) pour la pratique de ces sports, et si on joue à l’intérieur, aucun accès aux vestiaires.

Montrons-nous responsables et ne rendons pas nécessaire l’embauche de surveillants à temps plein pour nous rappeler ces consignes. Également, les adeptes de la pétanque peuvent pratiquer leur activité s’ils gardent leurs distances les uns des autres.

Pour les piscines publiques: le climat (du confinement et de la météo) a, semble-t-il, fait exploser la vente des piscines résidentielles. Mais tous ne peuvent s’offrir une telle installation. L’annonce de la tenue des camps d’été, à format modifié, nous amène à envisager d’ouvrir les piscines publiques. Il semble que les microbes, y inclus les virus, meurent rapidement dans l’eau chlorée. Ce sont les gouttelettes émises par les gens qui toussent ou éternuent qui sont les agents de propagation. Celle-ci risque d’être davantage reliée à la proximité des gens qu’à l’eau du bassin.

Pensons à l’extérieur du cadre habituel: plages horaires spécifiques, nombre limité de baigneurs, augmentation du nombre de surveillants pour rappeler les nouvelles consignes et réservation de plages horaires spécifiques pour les familles. Pour les nageurs, déterminons des couloirs de nage unidirectionnels pour éviter que les nageurs ne se croisent à courte distance.

Les salles d’entraînement devront rouvrir selon de nouveaux cadres. On peut envisager un nombre limité d’usagers dans les gyms, par exemple en divisant la superficie du local par 40 pieds carrés (permettant la distanciation sociale), espacement additionnel entre les appareils et dans la mesure du possible éviter que deux appareils ne soient face à face. Chaque usager utilise une serviette personnelle (norme déjà reconnue) et doit nettoyer les surfaces de l’équipement utilisé. Des contenants de désinfectant sont disponibles en quantité plus que suffisante. Les entreprises de Cross-fit et autres spécialités peuvent aisément adhérer à ces normes. Malheureusement, les vestiaires ne sont pas accessibles. Enfin, l’abonnement des membres ne redémarre que lorsque l’usager se sent en confiance d’utiliser le service qu’il a payé.

Toutes ces limitations font que «c’est bien plattte» (avec 3 t), mais c’est comme cela parce qu’on peut difficilement envisager l’automne sans la disponibilité de ces services. La période de l’été peut permettre d’ouvrir prudemment le robinet pour permettre d’implanter la nouvelle normalité. Ne laissons pas les obstacles nous empêcher de penser «en dehors de la boîte». Ils doivent alimenter notre créativité citoyenne.

Ces ouvertures devraient être accompagnées d’une présence accrue du personnel de la Santé publique sur les sites de ces activités. Il pourrait ainsi effectuer des tests sur une population active et observer le comportement des sportifs. Les données ainsi recueillies donneraient davantage d’information au premier ministre du Québec au moment de décider de quel côté (à gauche = fermer; à droite = ouvrir) il doit activer le robinet.

Pour la réussite de ce redémarrage, chacun doit s’impliquer: Suis-je un risque pour les autres? Les autres sont-ils un risque pour moi? À moi d’être «santé responsable» ou «actif responsable». Et par la suite, agir en conséquence, avec mes craintes et ma prudence. Sur l’ensemble du déconfinement, Mme Agnès Gruda (La Presse+, 24 mai) énonçait très à propos, que «dans cette délicate opération de retour vers un semblant de normalité (…) il est important de faire preuve de précaution».

J’ai encore pleine confiance en la gouverne de MM. Legault et Arruda qui cheminent dans un contexte à nul autre pareil. Je ne laisserais pas le confort de mon fauteuil pour prendre leur place et je suis prêt à accepter le rythme de la réouverture du Québec. Il m’apparaît important que nous soyons tous et chacun dignes de la responsabilité qu’ils nous confient dans ce cheminement.

Michel Morin

Trois-Rivières