«Sommes-nous menacés?»

«Sommes-nous menacés?» Depuis quelques jours, je vous avoue que j’y pense. Lorsque le Doc Mailloux a prononcé cette phrase, pour moi, il avait choisi les bons mots.

Depuis quelque temps je me demande si la valeur de notre passeport n’est pas en dépréciation. Car que quelqu’un puisse avoir un couteau (quel que soit le vrai nom, ça reste un couteau), dans un avion en départ du Canada; qu’un Canadien puisse avoir quelques grammes de marijuana sur lui en tant que Canadien; j’ai l’impression que les détenteurs de nos passeports si précieux auparavant seront plus souvent fouillés que les années antérieures.

Et maintenant, voilà qu’on se sert de l’hymne national pour proclamer en cachette ce Dieu bienveillant.

Et voilà qu’il y a quelques mois, j’ai eu à remplir une demande de subvention d’emploi d’été Canada pour offrir un emploi d’été à un étudiant qui ferait visiter notre église aux touristes.

Mais voilà qu’on porte à mon attention l’ajout d’un bout de texte dans la section «Attestation» qui n’était pas là dans les années antérieures:

Années 2017 et 2016
«Attestation:

• En soumettant votre demande, vous déclarez avoir lu et compris le guide du demandeur et les modalités de l’entente d’emploi d’été Canada et vous déclarez que l’emploi ne serait pas créé sans l’aide financière fournie en vertu d’une entente éventuelle (Obligatoire)»

Année 2018
«Attestation:

• J’ai lu et compris les Modalités de l’entente d’emplois d’été Canada et je me suis référé au Guide du demandeur au besoin;

• L’emploi ne serait pas créé sans l’aide financière fournie en vertu d’une entente de contribution éventuelle;

• L’emploi et le mandat principal de mon organisme sont conformes aux droits de la personne au Canada, y compris les valeurs sous-jacentes à la Charte canadienne des droits et libertés ainsi que d’autres droits. Ceux-ci incluent les droits en matière de procréation et les droits de ne pas faire l’objet de discrimination fondée sur le sexe, la religion, la race, l’origine nationale ou éthique, la couleur, les déficiences mentales ou physiques, l’orientation sexuelle, ou l’identité ou l’expression de genre;

• Je dispose des pouvoirs, autorisations et approbations requis pour soumettre la demande en mon nom et au nom de l’organisme.»

Mes questions sont: une municipalité qui a un crucifix dans ses locaux se verra-t-elle refuser toutes subventions venant du fédéral?

Si une province est moindrement contre une loi (comme la légalisation du cannabis), aura-t-elle les mêmes droits que les autres provinces ou territoires?

Est-ce que notre premier ministre est vraiment un faible qui est en train de se faire endoctriner?

Est-ce que je capote où c’est juste la pointe de l’iceberg?

Raymonde Tremblay

Champlain