Soigner le corps et apaiser le cœur

OPINIONS / Il y a quelques semaines, j’ai dû me faire réopérer une cheville à cause d’une infection. N’eût été de la vigilance d’un infectiologue et de mon orthopédiste, la cellulite diagnostiquée par ces derniers aurait pu avoir des conséquences désastreuses.

Le tout s’est déroulé à une vitesse vertigineuse, intervention au bloc opératoire le jour même pour ensuite être hospitalisé au département 3J du CHAUR.

Hospitalisé durant une semaine à ce département, j’y ai reçu des soins de grande qualité de tout le personnel, quelle que soit sa fonction. Si je félicite tous les membres du personnel du département du 3J, je dois également une fière chandelle à tous les membres de l’équipe d’orthopédie qui ont déployé efforts, soins professionnels d’une qualité inégalée et réconfort dans le processus de ma guérison.

Je remercie donc tous les membres du personnel du 3J, les équipes de médecine de jour et certes le département d’orthopédie et la clinique de soins orthopédiques. Je n’oublie surtout pas les multiples recherches et efforts faits par la coordonnatrice de la soirée du 10 juin dernier afin que je puisse retrouver l’appareil portatif nécessaire au traitement de ma plaie, qui sans lui aurait retardé mon congé.

Merci également aux infectiologues Poirier, Danylo et Rochefort, aux orthopédistes Dr Ratté-Larouche, Dre Lemieux ainsi que ma chirurgienne orthopédique Dre Caroline Horth. Il m’est impossible de me rappeler tous les noms des professionnels qui ont mis l’épaule à la roue pour apaiser mes souffrances, mes inquiétudes et surtout mon mal à l’âme.

C’est tout simplement légitime que je vous rende cet hommage car vous ne le vous faites pas assez dire à mon goût.

Jean-Claude Legault

Trois-Rivières

STTR: UN FIASCO!

Je fais partie des usagers occasionnels de la Société de transport de Trois-Rivières et j’ajoute ma voix à ceux et celles qui considèrent que la refonte des circuits est un échec.

Je ne comprends pas pourquoi on n’a pas davantage consulté les usagers et je déplore l’absence d’ouverture à apporter des changements.

Lise Verrette

Trois-Rivières