Michael Wernick

SNC-Lavalin: les électeurs doivent s’en rappeler

OPINIONS / Le portrait du premier ministre du Canada que peint le greffier du conseil privé pendant la discussion qu’il a au téléphone avec l’ex-procureure générale du Canada n’a rien à envier aux archétypes littéraires de personnages fourbes.

Cette image peu flatteuse du fils n’est pas sans rappeler qu’un des ministres britanniques impliqués dans le dossier du rapatriement de la constitution a affirmé que Pierre Elliot Trudeau a agi comme goujat – a cad en Anglais. Quant au Lord Privy Seal, il a déclaré qu’il (Pierre Elliott Trudeau) nous a joué de sales tours (Frédéric Bastien, La bataille de Londres, Boréal 2013).

Le ton du greffier du conseil privé rappelle celui d’un capo qui livre un message du parrain à un soldat récalcitrant. Ses propos démontrent à quel point il a manqué d’objectivité pendant son témoignage devant le comité de la Justice et soulèvent des doutes sur la véracité des réponses de Gerald Butts qui n’a pas été assermenté parce que la majorité libérale du comité n’a pas cru opportun de le faire.

Au quatrième paragraphe de son mémoire au comité de la Justice l’ex-procureure générale du Canada résume bien le but que devrait poursuivre le comité: «À mon avis, le contexte de votre étude et de l’ensemble de vos délibérations illustre le principe fondamental de l’indépendance des fonctions en matière de poursuites, un principe qu’on semble avoir noyé sous une vague de commentaires, d’hyperboles et d’interprétations partisanes.»

Les Québécois se souviendront peut-être en allant aux urnes de la complaisance des libéraux du comité de la Justice sur l’affaire SNC-Lavalin. Puissent-ils aussi se rappeler que le premier ministre et sa garde rapprochée ont fait fi avec cynisme des principes fondamentaux qui sous-tendent une société libre et démocratique!

Alexis de Tocqueville s’est retourné encore une fois dans sa tombe.

René Duval, avocat à la retraite

Nicolet

Une augmentation dont on ne profite pas

Je suis un retraité d’un âge respectable et je veux partager mon expérience avec vous à propos des impôts du Québec.

À cause des augmentations des pensions, j’ai gagné un gros 265,49 $ de plus par année et le Québec vient me chercher 235,82 $ de plus sur mes impôts provinciaux.

À quoi servent leurs maudites augmentations de pension?!

Robert Audet

Trois-Rivières