Shawinigan: je passe mon tour!

Permettez-moi d’en rajouter un peu au sujet des taxes foncières à Shawinigan.

Je demeure sur la Rive-Sud de Montréal. Ma conjointe et moi étant originaires de la Mauricie, nous avions comme projet de déménager à Shawinigan à notre retraite.

J’écris «nous avions».

Je commençais à regarder les maisons à vendre et je me disais: «Ça s’peut pas! 5000 $, 6000 $, 7000 $ de taxes municipales» pour des maisons bien ordinaires!

J’habite une belle maison évaluée à un peu plus de 400 000 $ dans un quartier cossu. Je paye 3600 $ de taxes municipales et les services municipaux sont excellents. Que se passe-t-il en Mauricie (et à Shawinigan en particulier) pour que le compte de taxes pour une maison plus petite et moins luxueuse coûte le double en taxes que la mienne?

Ce n’est pas vrai que je vais m’enchaîner en achetant une maison à Shawinigan.

Je passe mon tour.

François Lagacé

Saint-Hyacinthe

Quel avion l’a piqué?

Habituellement, quand on a l’impression que quelqu’un dérape, on se demande quelle mouche l’a piqué? À la lecture de la lettre d’opinion de M. Henri Provencher, parue dans l’édition du 14 janvier, concernant le droit humain de mourir dans la dignité, je conclus que la démagogie fait encore acte de présence.

L’auteur en mal de défoulement, a eu une montée de lait digne des anciennes crèmes de table. Possiblement piqué par plus gros qu’une mouche, peut-être un avion, il compare la fin de vie en douceur à une opération de grand ménage. Qualifiant notre société d’hypocrite, il pousse l’exagération à craindre qu’un jour les responsables professionnels de la santé décident de généraliser en éliminant les handicapés, les prisonniers, les alcooliques, les pauvres, etc. Décidément, ce monsieur en fume du bon.

Dans le débat de mourir dans la dignité en écourtant la terrible période de souffrances inutiles, on peut être pour ou contre et encore, exprimer des réserves et des craintes. Mais il est incorrect de douter de la bonne foi des intervenants en pareil cas. Notre réflexion populaire ayant l’humanisme au centre, n’a pas besoin de propos extrêmes pour être comprise, acceptée ou même rejetée.

Casser une vitre pour regarder dehors n’est pas une preuve de sagesse et de gros bon sens.

Roger Matteau

Shawinigan