Plusieurs jeunes de la Mauricie ont pris part à une déclaration d’état d’urgence climatique.

Se battre et agir pour notre futur

L’auteure de ce texte s’exprime dans la foulée de la déclaration d’état d’urgence climatique des jeunes de la Mauricie.

Il faut nous réduire à notre plus simple expression.

Cessons d’abuser de nos titres d’hommes.

Pensons à être humain.

Pensons à nos besoins primordiaux et à ce qui nous est nécessaire avant de plonger dans des folies qui abusent de la générosité de la planète.

Nous déclarons l’urgence climatique pour deux choses: faire prendre conscience aux gens du drame que nous subissons, et les pousser à agir.

Et nous pousser à agir.

Nous ne pouvons pas nous voiler la face, nous ne pouvons plus considérer les changements climatiques comme un concept purement abstrait.

Non, c’est dans le concret. C’est maintenant.

C’est pourquoi il faut nous réduire à notre plus simple expression.

Quels sont nos réels besoins? Qu’est-ce qui est primordial et qu’est-ce qui est un désir causé par notre société?

De quoi avons-nous besoin?

Bien moins, bien moins que ce que nous consommons.

Si je dois vivre dans un monde désagrégé par notre folie de surconsommation, aussi bien le changer pendant qu’il est encore temps.

Aussi bien se battre pour notre futur, plutôt que de se pavaner dans le présent.

Aussi bien agir que de détruire.

Mégane Denicourt

Élève de 1re secondaire

École secondaire des Pionniers

Trois-Rivières