À la tête de cette brillante et dynamique délégation, on retrouve Yves-François Blanchet, qui a su déjà obtenir de nombreux gains importants pour le Québec.
À la tête de cette brillante et dynamique délégation, on retrouve Yves-François Blanchet, qui a su déjà obtenir de nombreux gains importants pour le Québec.

Se battre avec fierté pour les intérêts du Québec

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Nouvelliste
OPINIONS / Il y a maintenant un peu plus d’un an, le Québec envoyait une délégation forte du Bloc québécois à Ottawa avec 32 députés. 

Parmi cette délégation, deux des trois circonscriptions de la Mauricie choisissaient d’être représentées par le Bloc québécois. À la tête de cette brillante et dynamique délégation, on retrouve Yves-François Blanchet, qui a su déjà obtenir de nombreux gains importants pour le Québec.

Avec la présence du Bloc québécois à Ottawa, le moins qu’on puisse dire c’est que Justin Trudeau n’aura pas eu de partie gratuite. Que ce soit sur l’environnement, l’économie ou l’identité, le Bloc québécois a été à la hauteur du mandat accordé par les Québécoises et les Québécois.

Le Bloc s’est illustré à Ottawa pour son ton constructif. C’est dans cet esprit qu’en début de pandémie, le Bloc a formulé un ensemble de propositions pertinentes pour l’économie du Québec. Nous pouvons donc être reconnaissants au Bloc québécois pour le principe de la subvention salariale, de l’accès élargi au compte d’urgence pour les entreprises, de la création du programme d’aide au loyer commercial et de la nette amélioration de la PCU.

D’ailleurs, notons que le Bloc est le seul parti à ne pas demander à bénéficier de la subvention salariale pour les organismes en difficulté. Yves-François Blanchet a d’ailleurs brillamment dénoncé cette problématique face à un Justin Trudeau évasif. Justin Trudeau n’arrivait pas à admettre qu’il est malsain que des parlementaires adoptent des programmes d’aide aux organismes dont leur parti bénéficie alors que leurs coffres sont loin d’être vides. Qu’on soit clair, le Parti libéral du Canada, comme tous les autres partis politiques fédéraux, est loin de se qualifier dans la liste des organismes en difficulté au Canada.

Récemment encore, nous avons eu la puissante démonstration de la pertinence de la présence du Bloc à Ottawa. Dans un contexte d’extrême urgence, où toutes les ressources sont nécessaires pour faire face à la crise de la COVID-19, le premier ministre du Canada a bêtement ignoré les revendications des provinces, dont le Québec. Alors que les provinces demandaient d’augmenter les transferts fédéraux en santé pour mobiliser toutes les ressources disponibles et ainsi éviter le pire au réseau de la santé, dans son discours du trône, le chef du Parti libéral du Canada a ignoré les demandes des premiers ministres des provinces. C’est à ce moment, que le Bloc rentre en jeu. Yves-François Blanchet et ses députés se sont révélés être de puissants alliés pour les revendications légitimes des provinces. N’eût été le Bloc québécois, qui aurait porté la voix du Québec dans ce dossier à Ottawa?

Nous pouvons donc conclure sans grande hésitation que la présence d’une députation forte du Bloc québécois à Ottawa est un gain net pour le Québec. Il y a quelque chose de beau à voir des députés de chez nous se battre avec fierté pour défendre nos intérêts, notre unicité et nos champs de compétence.

Marc-Antoine Lemay
Shawinigan