Des professeurs des sept départements du secteur des sciences de la santé ont voulu se prononcer sur la récente couverture médiatique associant des positions marginales sur la vaccination au sein de l’institution.

Rigueur, collégialité et intégrité

OPINIONS / La liberté académique est indispensable pour accomplir la mission de production, de diffusion et de transfert des connaissances dans les universités. Toutefois, les débats scientifiques se doivent d’être effectués avec rigueur, collégialité et intégrité. Nous considérons qu’il est de notre devoir de nous prononcer sur la récente couverture médiatique associant des positions marginales sur la vaccination au sein de notre institution.

Les cosignataires de cette lettre sont tous professeurs dans le domaine de la santé à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR): anatomie, chiropratique, enseignement de l’éducation physique et à la santé, ergothérapie, kinésiologie, médecine podiatrique, orthophonie, pratique sage-femme et sciences infirmières.

L’état actuel des connaissances scientifiques établit de façon non équivoque que les bénéfices associés à la vaccination outrepassent largement les effets secondaires documentés. Aussi, nous partageons les préoccupations de la docteure Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada, sur les risques que représente la dissémination d’information trompeuse dans les médias sociaux. L’hésitation face à la vaccination est un enjeu de santé publique préoccupant puisqu’il permet la réapparition de maladies évitables par la vaccination. Ces maladies contagieuses représentent un fardeau important pour les enfants touchés, leur famille et le système de santé.

Le doute à l’égard de la vaccination véhiculé sur les réseaux sociaux ne reflète en aucune manière les standards d’excellence mis de l’avant par l’UQTR et ses professeurs. La vaccination est une intervention de santé publique efficace et sécuritaire. Propager le doute dans la population générale nous apparaît incohérent et lourd de conséquences.

«Le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) est un comité national constitué d’experts reconnus dans les domaines de la pédiatrie, des maladies infectieuses, de l’immunologie, de la microbiologie médicale, de la médecine interne et de la santé publique. Le Comité […] travaille avec les fonctionnaires du Centre de l’immunisation et des maladies respiratoires infectieuses de l’Agence de la santé publique du Canada en vue de fournir de façon continue et en temps opportun des conseils médicaux, scientifiques et de santé publique. Le CCNI formule des recommandations pour l’utilisation des vaccins déjà homologués ou nouvellement approuvés au Canada et destinés aux humains, y compris l’identification de groupes à risque de contracter des maladies évitables par la vaccination. Les synthèses de connaissances, les analyses et les recommandations du CCNI sur l’utilisation des vaccins au Canada sont toutes publiées dans les synthèses de la littérature, les déclarations et les mises à jour du CCNI», peut-on lire sur le site web de Santé publique Canada.

Nous encourageons les parents qui se questionnent sur la vaccination de leurs enfants à consulter des sources d’information fiables et crédibles pour supporter leur réflexion, incluant les références suivantes qui comportent des sections d’information à la fois pour le grand public et pour les professionnels:

• le site Vaccins et immunisation par le Gouvernement du Canada et ses collaborateurs, l’Agence de la santé publique du Canada et Santé Canada (https://www.canada.ca/fr/sante-publique/sujets/immunisation-et-vaccins.html);

• Immunisation Canada (https://immunize.ca/fr);

• le site «Soins de nos enfants» par la Société canadienne de pédiatrie, qui comporte un onglet sur la vaccination (https://www.soinsdenosenfants.cps.ca);

• le site Vaccination du Gouvernement du Québec (https://www.quebec.ca/sante/conseils-et-prevention/vaccination/).

Marc-André Blanchette

André Bussières

Danica Brousseau

David Hayes

Professeurs au département de chiropratique

Au moment de soumettre cet énoncé de position pour publication, 68 professeurs des sept départements du secteur des sciences de la santé de l’UQTR avaient joint leur signature à celles des quatre coauteurs:

Eric Ahern, Myriam Asri, Maryse Beaumier, François Boudreau, Lyne Campagna, France Cloutier, Lyne Cloutier, Maude Dessureault, Patricia Germain, Julie Houle, Anne-Marie Leclerc, Jacinthe Leclerc, Roxanne Lemieux, Émilie Paquet, Étienne Paradis-Gagné, Josyane Pinard, Liette St-Pierre

Département de sciences infirmières

Syrina Al-Ain, Gilles Bronchti, Johannes Frasnelli, Detlev Grabs, Hugues Leblond, Josefina Maranzano, Anna Nayouf, Régis Olry, Mathieu Piché, Stéphane Sobczak

Département d’anatomie

Ginette Aubin, Nancy Baril, Catherine Briand, Noémi Cantin, Lyne Desrosiers, Marie-Josée Drolet, Kathleen C. Durand, Valérie Poulin, Anick Sauvageau, Pierre-Yves Therriault

Département d’ergothérapie

Virginie Blanchette, Magali Brousseau-Foley, Vincent Cantin, Laurie-Ann Corbin-Berrigan, Martin Descarreaux, Claude Dugas, Philippe Fait, Benoit Gagné, Sébastien Hains, William Lee, Jean Lemoyne, Marie-Claude Rivard, Stephanie-May Ruchat, Nour Saadé, Charles Tétreau, Marie-Christine Torchon, François Trudeau

Département des sciences de l’activité physique

Pierre Boucher, André Cardin, Chantal Doucet, André-Marie Gonthier, Julie-Marthe Grenier, Jocelyn J. Lemire, Julie O’Shaughnessy, Caroline Poulin, Djamel Ramla, Nadia Richer, Sébastien Robidoux, Marcel Veilleux

Département de chiropratique

Marie-Ève Caty

Département d’orthophonie

Caroline Paquet

Département de pratique sage-femme