Rien ne peut remplacer l’enseignement d’une langue

OPINIONS / Qu’on se le dise: maintenant, grâce à un simple petit appareil inventé par deux Japonais, on peut désormais communiquer dans plus de 40 langues sans presque le moindre effort. Non mais, quelle grande révolution!

Alors semble t-il, plus besoin d’apprendre une langue pendant des semaines, voire des mois, dans une école de langues.

Professeurs de langues de tout acabit, tenez-vous-le pour dit: le génie japonais vient encore de frapper un bon coup dans le but d’alléger le poids de notre existence et nous faliciter la vie en essayant de nous faire croire que votre métier n’est plus une nécessité.

Grâce à leur nouvelle invention (ce nouveau gadget), ils tenteront de démontrer l’inutilité de votre profession. Mais n’est-ce pas un des métiers les plus valorisants qui soit?

Pour ma part, j’ai enseigné le français langue seconde dans des écoles d’immersion en Nouvelle-Écosse et au Québec. La joie et le privilège que j’ai eus à partager l’amour de ma langue à des anglophones, ou à des immigrants en provenance de différents pays, ont fait en sorte que ce sont des moments que je chéris encore.

Enseigner le français dans des écoles d’immersion fut une expérience extraordinaire, puisque les étudiants ont l’occasion d’apprendre une langue par le biais de différentes activités telles que le théâtre, la chanson, la poésie, le cinéma, etc. On parle d’une véritable immersion humaine et culturelle au coeur d’une langue nouvelle.

Mais voilà qu’on tente de nous vendre un peu partout et particulièrement sur le web un nouvel appareil qui traduit les langues automatiquement – MUAMA Enence, pour ne pas le nommer –, en nous disant que dorénavant nous n’aurons plus besoin de maîtriser ou d’apprendre une autre langue pour communiquer.

Les promoteurs de cet appareil poussent l’audace et la prétention jusqu’à dire: «Pourquoi perdre du temps et de l’argent à apprendre une langue dans une école quand vous pouvez grâce à cette nouvelle invention, communiquer instantanément en plus de 40 langues?»

Alors je me dis: «Voilà une invention qui nous invite au moindre effort, voilà une autre invitation à nous rendre fainéants et qui nous est offerte sur un plateau d’argent.»

En posant une simple question dans sa langue audit appareil, celui-ci traduit immédiatement votre phrase dans une des 40 langues désirées. Votre interlocuteur peut donc vous répondre dans sa langue qui est alors traduite illico en retour dans votre propre langue. Alors pourquoi perdre un temps fou à apprendre une langue autre que la sienne, cela étant?

Mais je doute que cet appareil puisse traduire adéquatement les nuances d’une langue étrangère. Certes, son côté pratico-pratique pourra aider à communiquer sommairement avec des interlocuteurs d’une autre langue, un point c’est tout. Ça me fait penser, un tantinet, au non moins fameux Google traduction sur le web, qui traduit d’une langue à une autre de façon très maladroite en faisant d’impardonnables erreurs de syntaxe. Par exemple, si on y traduit un texte de chanson de l’anglais au français, on risque fort d’y voir de grandes incohérences et parfois on risque de s’esclaffer tant la traduction est mauvaise et presque ridicule.

Alors, chers professeurs de langues, vous pouvez dormir en paix. Votre savoir reste encore une valeur sûre et primordiale. Ce ne sont pas des gadgets qui viendront prendre votre place. Votre profession demeure plus que jamais essentielle, afin d’offrir un apprentissage de qualité d’une langue.

Et qui plus est, la langue française, qui pour sa part est l’une des plus belles d’entre toutes et une des plus complexes, requiert un enseignement rigoureux afin de bien la maîtriser.

Je l’ai apprivoisée lors de mes jeunes années au primaire et au secondaire. J’ai appris à l’aimer lors de mes études en littérature au cégep et à l’université et il m’arrive encore de découvrir de nouveaux mots et d’être toujours charmé par ses nuances, sa rigueur et sa subtilité. Alors j’aurai toujours le goût de la partager au reste du monde, et ce, sans le recours à aucune espèce d’invention technologique qui pourrait avoir la prétention de le faire à ma place.

Yvan Giguère

Ex-professeur de français langue seconde

Saguenay