Conseiller municipal à la Ville de Nicolet, l’auteur ce texte interpelle le ministre François-Philippe Champagne pour que la population de Nicolet puisse de nouveau avoir accès à ce joyau écologique et historique que constitue l’île Moras, à l’embouchure de la rivière Nicolet.

Retrouver notre patrimoine

OPINIONS / L’auteur, Stéphane Biron, est conseiller municipal et maire suppléant de la Ville de Nicolet. Il adresse cette lettre à l’honorable François-Philippe Champagne, ministre fédéral de l’Infrastructure et des Collectivités.

Monsieur le Ministre,

Il existe, en bordure du lac Saint-Pierre, un coin paradisiaque destiné à celles et ceux qui désirent prendre contact avec la nature dans son expression la plus authentique. Il s’agit d’une fenêtre panoramique s’ouvrant toute grande sur le majestueux lac Saint-Pierre. Un lieu riche d’histoire qui nous ramène aux premières heures de la colonie et un endroit riche d’une faune et d’une flore qui grouillent de vie et de diversité.

En 2022, la ville de Nicolet fêtera son 350e anniversaire de fondation. C’est effectivement, le 29 octobre 1672 que l’intendant Talon, lors d’une grande politique d’occupation du territoire, concède officiellement la Seigneurie de Nicolet à Arnoult de Loubias. C’est toutefois quelques années auparavant qu’un enseigne du capitaine Laubia avait jeté les premières bases de cette jeune seigneurie. C’est effectivement en 1668 que la première habitation verra le jour sur une île à l’embouchure de la rivière Nicolet et elle sera l’œuvre de Pierre Mouet dit Moras.

L’île Moras s’étend sur plus de 183 hectares. Elle est bordée au nord par le lac Saint-Pierre et au sud et à l’est par la rivière Nicolet. En raison de sa localisation, l’île appartient à un territoire désigné comme réserve mondiale de la biosphère par l’UNESCO. Elle fait également partie du Refuge d’oiseaux migrateurs de Nicolet et elle est comprise dans un site désigné par Nature Québec comme une ZICO (zone importante pour la conservation des oiseaux). De plus, elle s’insère tout naturellement dans le prolongement de la nouvelle vocation écomaritime du parc de l’Anse du Port, de sa nouvelle passerelle et de son futur centre d’interprétation.

Privés de ce lieu depuis plus de 50 ans, les citoyennes et citoyens de Nicolet méritent de redécouvrir ce patrimoine à la fois historique et naturel. De plus, ce site a tout le potentiel pour devenir un parc récréotouristique enchanteur où les visiteurs pourront profiter à loisir de ce que la nature a de mieux à offrir. Le potentiel écotouristique de ce site est énorme tant pour de la villégiature écoresponsable que pour des activités pédagogiques sur l’histoire des lieux et sur sa diversité écologique. De plus, elle permet un contact des plus privilégié avec cette réserve naturelle, patrimoine de l’UNESCO, qu’est le lac Saint-Pierre. Un tel projet a d’ailleurs l’appui de la Municipalité, de la MRC et du député M. Donald Martel. À quelques années de notre 350e anniversaire, c’est un magnifique présent que le gouvernement fédéral pourrait offrir à ces citoyennes et citoyens, en leur offrant l’opportunité de faire revivre ce lieu historique et de le faire connaître à tous.