Restons solidaires!

En réaction à l’éditorial de Martin Francoeur intitulé «La prudence est de mise», publié dans notre édition du vendredi 3 novembre dernier.

J’ai lu et relu attentivement l’éditorial de Martin Francoeur sur l’école primaire de Sainte-Geneviève-de-Batiscan. Merci, monsieur, de nous conscientiser et de faire la part des choses. Votre message est clair: Genevièvois, soyons vigilants. Il faut veiller à garder ce qui est précieux et vital dans toute municipalité: son école primaire.

Ce n’est pas d’hier qu’une partie des années du primaire est dirigée vers une municipalité voisine: ce fut une décision de la Commission scolaire en accord avec les parents et cela depuis les années 80. 

Décision étudiée et bien réfléchie afin que chaque village conserve son école et cela en regard de la généralité et de la majorité. Personnellement, nos filles n’ont pas été traumatisées par les déplacements en autobus et il n’y a eu aucun impact négatif dans leur réussite scolaire.

Pour un enfant ayant des besoins spécifiques, il y a toujours la possibilité de s’adresser à la Commission scolaire, qui saura acheminer l’aide nécessaire au bon développement académique.

Je termine par ce vieil adage qui s’adapte bien à la situation: «Ne déshabille pas Jean pour habiller Pierre». Restons solidaires pour être plus forts!

Monique Lefebvre

Sainte-Geneviève-de-Batiscan