L’auteur de cette lettre apporte son appui aux quotidiens régionaux comme Le Nouvelliste en relevant leur importance pour la démocratie.

Respectez nos quotidiens régionaux et l’intelligence des citoyens, messieurs Trudeau et Scheer!

OPINIONS / L’auteur, Pierre-André Julien, est professeur émérite à l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Nul besoin de réfléchir longtemps pour comprendre l’importance de soutenir nos quotidiens régionaux, tel Le Nouvelliste, pour le bien de tous. Nous n’avons qu’à penser à leur importance pour la démocratie, toute limitée qu’elle soit. Comme dans le cas de la prochaine élection fédérale dans deux mois, mais aussi lors de toutes les élections nationales ou même locales. Il est vrai que durant les périodes électorales, les candidats, avec leurs discours et leurs tracts, se font un plaisir de rappeler leurs actions antérieures et d’élaborer sur leurs promesses. Mais ce sont le plus souvent leurs actions quotidiennes qui nous sont rapportées justement par ces quotidiens, qu’elles soient politiques, sociologiques ou économiques, qui forment l’image générale de ces candidats dans nos esprits et qui, finalement, dicteront notre vote. Information non seulement directe, mais souvent détaillée et commentée. Ce que fait moins la radio et la télévision. Importance qui explique aussi la récente intervention du gouvernement du Québec pour les sauver à court terme. Mais c’est le long terme qui dira si cette importance est prise sérieusement en compte.

Puisque, derrière les problèmes de rentabilité, alors que le nombre d’abonnements électroniques ou sur papier a même quelque peu augmenté dans les dernières années, il y a la chute drastique des revenus publicitaires. Justement parce que les Facebook et les Google de ce monde accaparent plus de 80 % de ces derniers et pigent à pleine pelle dans cette information recueillie par les journalistes pour les distiller dans leurs pages, diminuant ainsi l’utilité de ces quotidiens. Et ce, sans payer un sou de taxe et de droits d’auteurs. Pendant que le premier ministre Trudeau affirme, sans rire et sachant très bien que dire cela est complètement ridicule, qu’il ne veut pas imposer de nouvelles taxes aux Canadiens. Puisque ces firmes, qui font des dizaines de milliards de profits, ne reporteront pas ces taxes et droits d’auteurs sur les citoyens. Et son adversaire conservateur, Andrew Scheer, qui représente avant tout les grands intérêts privés, est 100 % d’accord avec cette arnaque organisée. Comme on l’a vu avec le cas Netflix et ses films qui sont aussi exemptés de toutes taxes avec l’appui tacite des conservateurs, tout en concurrençant systématiquement les firmes d’ici qui paient des impôts et des taxes.

Pour ce long terme, il suffirait donc que le gouvernement perçoive 3 % des revenus réalisés sur notre territoire en taxe à verser dans les fonds publics, comme le fait la France, et un autre 3 % en droits d’auteurs à verser à nos quotidiens pour qu’ils continuent à se développer.

Mercredi dernier, la ministre des Affaires internationales, Chrystia Freeland, expliquait que ses interventions pour sauver Hong Kong de la mainmise radicale de la Chine relevaient de nos valeurs de démocratie. Or, une de ces valeurs est justement l’équité entre les citoyens, soit que tous doivent payer leur part des coûts des biens publics comme les écoles et les hôpitaux. Ce qui veut dire qu’il faudrait qu’elle explique cela aussi à ces derniers.

Espérons que dans deux mois les citoyens vont se souvenir de ces deux manipulateurs, dont le seul souci est de protéger leurs petits amis, et voteront pour les autres partis.