Résolu: une rectification des faits s’impose

OPINION / À titre non seulement d’ex-président et chef de la direction de Produits forestiers Résolu, mais aussi de retraité de la société, il m’est impossible de passer sous silence la désinformation à laquelle se sont livrés récemment les présidents des associations de retraités des journaux québécois du Groupe Capitales Médias.

Dans une lettre adressée au premier ministre du Québec qu’ils ont signée conjointement et qui est parue, le 2 juin dernier, sous le titre «Retraite Québec : une fausse sécurité financière», les signataires de cette missive font état de la pétition électronique lancée par le député de Rosemont à l’Assemblée nationale du Québec et réclamant la mise en place de mesures visant à protéger les fonds de retraite administrés par les entreprises privées.

Sans prendre position publiquement, j’ai été interloqué et insulté de voir la société Résolu associée à Aleris et à Papiers White Birch pour illustrer «le prix lourd payé par les retraités» qui ont vu leur rente de retraite réduite par des compagnies aux prises avec des difficultés financières.

Je m’inscris en faux contre cet amalgame d’autant plus inadmissible que les retraités de Résolu ont reçu et reçoivent encore leur pleine rente de retraite et qu’ils n’ont en aucune manière été affectés par la restructuration financière de l’entreprise, il y a près de 10 ans maintenant. De fait, aucun des 15 000 retraités n’a vu ses prestations compromises de quelque façon que ce soit par cette démarche finalisée en décembre 2010.

La direction de Résolu a alors pris la décision de maintenir 100 % de la rente de retraite des fonds de pension enregistrés, parce que le gouvernement a accepté notre demande d’étaler le financement du déficit sur une période de temps plus longue que celle édictée dans la loi. Ce faisant, nos retraités ont évité une réduction de plus de 30 % du montant de leurs rentes. Non seulement touchent-ils leur pleine rente de retraite, mais ils ne se retrouvent pas aujourd’hui dans la situation que dénoncent les cosignataires de la lettre à M. François Legault.

J’invite donc ces derniers à vérifier leurs sources et, surtout, à corriger sans tarder leur affirmation fallacieuse concernant Résolu qui induit les lecteurs en erreur.

Richard Garneau

Retraité et ex-président de Produits forestiers Résolu