Le regroupement des élèves des pavillons Saint-Charles (à Sainte-Geneviève-de-Batiscan, notre photo) et Saint-Gabriel (à Saint-Stanislas) de l’école du Versant-de-la-Batiscan, continue de faire jaser. Un sondage circule présentement pour avoir l’avis des parents.

Regroupement d’élèves: pour le bien-être et de meilleurs services aux élèves

Le 1er novembre, le conseil d’établissement de l’école du Versant-de-la-Batiscan tenait une assemblée extraordinaire dont le seul point à l’ordre du jour était «Demande à la commission scolaire d’effectuer une consultation publique pour le regroupement des élèves des deux édifices». Tous avaient l’occasion de s’exprimer librement à cette occasion. Fait à noter, seulement trois parents de Sainte-Geneviève ont pris la parole. Pourquoi si peu alors que de l’autre côté plusieurs ont tenu à se lever pour défendre les droits de leurs enfants?

Depuis, quelques articles ont paru. Toujours un seul côté de la médaille était soulevé. En aucun temps on ne s’est soucié des nombreux avantages d’un tel regroupement d’élèves à l’école Saint-Gabriel et en aucun temps le bien-être et les services aux élèves n’ont été abordés.    

On parle de rassembler la fratrie plutôt que de la diviser et de conserver les amitiés de nos petits. On rend possibles des projets multiniveaux. On donne de l’espace aux élèves et au personnel. Un gymnase adapté et tout équipé sans frais supplémentaires de transport ou de location de salle. La construction de la bibliothèque municipale à l’école Saint-Charles a eu pour conséquence d’enlever l’espace disponible aux enfants pour bouger et se vêtir. De ce fait, la directrice adjointe partage maintenant son bureau avec les casiers des maternelles.  

On parle de meilleurs services, de permettre aux enseignants et aux spécialistes d’être plus disponibles aux élèves. Les heures de surveillance allégées, les professeurs pourraient consacrer plus de temps aux enfants. Tous au même endroit, la communication entre eux serait grandement améliorée, ne serait-ce que pour organiser une activité ou gérer un cas particulier. Présentement, les spécialistes doivent se promener d’une école à l’autre. Ce temps précieux passé en voiture est du temps non consacré aux élèves. Par chance pour nous, plusieurs d’entre eux font le trajet sur leur temps personnel, mais est-ce normal de devoir agir ainsi?

La sécurité de nos enfants serait améliorée. Plus il y a d’adultes dans un bâtiment, plus il est facile de réagir face à un incident, quel qu’il soit.  C’est une question de sécurité que les élèves soient en tout temps en présence d’un adulte.  

Parlons transport. Tout ce temps perdu pour se rendre d’un édifice à l’autre pour participer à une activité ou pour le cours d’éducation physique. Toutes les activités ont lieu à l’école Saint-Gabriel puisqu’elle peut accueillir tout le monde. Une seule heure de fin de classe, un seul point de départ pour les autobus. Et que dire du risque d’erreur largement diminué pour les responsables en fin de journée et pour nos conducteurs d’autobus ? Cet élève se rend-il au service de garde? Dans quel autobus le fait-on monter?  

Notre secrétaire, elle fait du mieux qu’elle le peut, mais ne peut être à deux endroits à la fois. Elle ne peut pas ouvrir la porte si elle n’est pas présente. À l’école Saint-Charles, une enseignante doit quitter sa classe et aller ouvrir. À l’école Saint-Gabriel, si personne n’entend la cloche, personne n’ouvre!

Le budget école, personne n’en parle non plus? Cette enveloppe qui n’est déjà pas très élevée et qui doit être séparée en deux: matériel acheté en double, jeux éducatifs, accessoires pour les cours d’école, entretien, peinture…

L’idée ici n’est pas de créer de l’animosité entre nos petits villages, mais bien de se regrouper pour faire ensemble de plus grandes choses et offrir à nos enfants le meilleur pour qu’ils puissent mieux apprendre et se développer.

Stacy Vachon

Saint-Stanislas