Règlement inutile

OPINIONS / Tel que cité: «La ville souhaite conscientiser les Trifluviens sur certains comportements tout en s’assurant de faire une saine gestion de cette ressource que nous payons collectivement.»

Si tel est le cas, le règlement sur l’utilisation de l’eau concernant le lavage des véhicules est inutile et doit être aboli, parce que l’implication est négligeable par rapport aux vidanges et remplissages des piscines. L’impact financier et environnemental est bien plus sérieux. Pourquoi s’acharner sur le citoyen qui lave son véhicule une fois par semaine, pendant que vous ignorez volontairement le gaspillage de l’eau utilisée dans les piscines?

Pour une piscine de 21 pieds de diamètre ayant une moyenne de 5 pieds de haut, cela fait 50 000 litres d’eau (eau du réseau de la ville). Si au printemps et à l’automne, il se vidange un pied minimum, pour ouverture et fermeture (et ce dans la rue), ça fait 10 000 litres d’eau à chaque fois. Et en plus, il faut la remplir l’été pour compenser la «perte» de niveau due à l’évaporation. Donc, cela fait un gaspillage total d’environ 30 000 litres d’eau chaque année. Imaginez, une piscine par cinq maisons (la Ville est en mesure de préciser).

Donc, voilà pourquoi je pense que le nouveau règlement ne vise pas la bonne cible et n’est pas réaliste.

J’espère que nos dirigeants de la Ville, après réflexion, vont constater leur erreur et réviser ce règlement.

Guy Lapointe

Trois-Rivières

En a-t-on vraiment besoin?

C’est la question qui me revenait en tête ce dimanche lorsque je lavais ma voiture. Pourquoi dimanche? Pas parce que ça me convenait particulièrement, au contraire, mais parce que la Ville avait décidé pour moi de ce que je ferai de mon week-end.

Car, pour sensibiliser les citoyens, semble-t-il, on leur impose cette nouvelle contrainte d’interdire le lavage de voiture une journée sur deux. Mais on pourrait rappeler à M. Thibeault que les citoyens le sont déjà sensibilisés: restriction sur l’arrosage, sur les jeux d’eau, sur les lave-o-thon et j’en passe. Alors oui, nous sommes sensibilisés.

Alors a-t-on vraiment besoin de cette nouvelle contrainte? Avons-nous des études qui peuvent nous dire comment nous allons économiser d’eau avec cette mesure? Ou encore savons-nous combien nous utilisons d’eau de plus que les autres villes comparables? Y a-t-il urgence de légiférer ?

Ce n’est pas une priorité que de laver sa voiture nous dira M. Thibeault. Et la tonte de la pelouse? Est-ce prioritaire? Ne devrait-on pas légiférer dans ce domaine également? Pourquoi ne pas l’interdire trois semaines par mois de façon à économiser l’électricité et l’essence? Avec de la volonté, on peut légiférer sur plein de domaines.

Encore une fois, est-ce que les citoyens ont vraiment besoin d’une autre contrainte à rajouter aux autres interdictions en tout genre? Ne pourrait-on pas pouvoir relaxer le week-end sans regarder la date ? La vie est déjà assez compliquée, pourquoi en rajouter lorsque ce n’est pas nécessaire?

Alors pourquoi pas une journée sur deux la semaine mais permis les jours de week-end?

Gilles Baril

Trois-Rivières