Réflexions sur le confinement des personnes âgées et des personnes seules

OPINIONS / Je salue le gouvernement pour avoir pris toutes les mesures qu’il jugeait essentielles pour éviter que la pandémie actuelle se répande dans toute la population sans aucun contrôle.

À l’heure actuelle, bien des mystères subsistent en ce qui concerne le comportement de ce virus de telle sorte que le gouvernement en appui de la santé publique et des scientifiques ne peut qu’improviser sur les mesures à préconiser pour assurer l’intégrité physique de la population. Et on ne saurait les blâmer.

D’autre part, le gouvernement et la santé publique savent très bien que la santé mentale des individus est aussi importante que la santé physique. D’ailleurs ceux-ci le reconnaissent dans leurs points de presse quotidiens.

Toutefois, à part reconnaître ce fait, peu d’actions sont mises de l’avant pour en assurer le maintien. Et plus le temps passe plus le stress et l’anxiété deviennent omniprésents dans la vie de la population confinée et davantage chez les personnes vivant seules. La tristesse et le découragement se manifestent chez beaucoup de personnes vivant seules de mon entourage et je ne suis certainement pas le seul à le remarquer.

Ces personnes vivant seules se retrouvent beaucoup chez les «Âgés». Le risque de dépression, de pertes d’autonomie et de pertes cognitives risquent de s’accélérer au fil du temps de confinement.

Aussi serait-il important que les mesures de confinement soient allégées à savoir que soient permises les rencontres extérieures de petits groupes de personnes (5-10 maximum) en gardant la distance physique de 2 mètres entre les personnes et ce afin de pouvoir maintenir les liens sociaux de manière plus naturelle autrement que par des appels téléphoniques ou par les réseaux sociaux. Autrement, on risque que le mal soit aussi néfaste que la contamination à la COVID-19.

J’ose espérer que ce message sera entendu par M. Legault et M. Arruda et qu’ils en tiendront compte dans leur plan de déconfinement progressif.

Guy Milette

Trois-Rivières