L’auteure de cette lettre espère que le gouvernement actuel apprendra de cette crise dans les CHSLD pour effectuer les changements réclamés depuis longtemps dans ces lieux de soin.
L’auteure de cette lettre espère que le gouvernement actuel apprendra de cette crise dans les CHSLD pour effectuer les changements réclamés depuis longtemps dans ces lieux de soin.

Réalité des CHSLD: vos anges en ont assez des vœux pieux

OPINIONS / L’auteure, Claire Montour, est présidente de la Fédération de la Santé du Québec (FSQ-CSQ). Elle adresse cette lettre à Danielle McCann, ministre de la Santé et des Services sociaux, et à Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés et des Proches aidants.

Je vous écris aujourd’hui à titre de présidente de la Fédération de la Santé du Québec (FSQ-CSQ) pour vous exprimer mes craintes et préoccupations face à la grave crise sanitaire actuelle que nous vivons et la suite à y donner.

D’abord, je suis étonnée que, par vos fonctions, vous ne sembliez pas réaliser pleinement, jusqu’à l’éclosion de la crise, la grande situation de fragilité dans laquelle se retrouvaient nos centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD).

La gravité de la crise actuelle engendrée par la COVID-19 est plus qu’une mise en garde. Elle est un rappel à la raison et au sens des responsabilités percutant. À titre de responsables politiques, élues pour veiller au respect des droits fondamentaux des gens que vous représentez, vous devrez rendre compte des décisions que vous avez prises et, surtout, agir très promptement pour corriger les nombreuses lacunes et injustices révélées au grand jour. Vous devrez faire preuve d’une grande écoute et d’un vrai courage politique.

Est-il nécessaire de préciser que la Fédération de la Santé du Québec espérait qu’une telle crise ne se produise jamais? Or, nous nous doutions bien qu’un jour, les résidents et les équipes de soins des CHSLD, notamment, payeraient le fort prix de l’austérité. C’était écrit dans le ciel! En effet, comment pouvait-on continuer à garantir l’accès à des services et des soins de qualité à des personnes en lourde perte d’autonomie tout en ne reconnaissant pas pleinement l’ensemble des besoins?

Les lacunes organisationnelles étaient pourtant déjà connues. À plusieurs reprises dans le passé, notre fédération a formulé des recommandations claires et dénoncé les situations inacceptables qui mettaient en péril la prestation sécuritaire et la qualité des soins. De nombreux drapeaux ont été levés, mais aucune attention véritable de la part de vos gouvernements ne leur a vraiment été accordée! Cela ne peut plus durer!

Miser sur les équipes de soins

En raison de cette crise sans précédent, votre gouvernement se voit aujourd’hui dans l’obligation de mettre en place une série de mesures ponctuelles pour pallier les difficultés majeures vécues quotidiennement par le personnel de la santé. Il tente de corriger les importantes lacunes qui persistent depuis trop longtemps et semble reconnaître enfin, sous la pression, l’importante contribution de ses anges, particulièrement en CHSLD.

Or, dans cette gestion quotidienne guidée par l’urgence d’agir, nous souhaitons mettre en garde votre gouvernement. Si reconnaître enfin le rôle majeur des préposées et des préposés aux bénéficiaires s’avère essentiel, le gouvernement doit tout autant reconnaître l’importance et les besoins de chacun des membres des équipes de soins. Car dans la lutte contre la COVID-19, nous avons besoin de la mobilisation et de l’expertise de chacun des groupes professionnels. En fait, jamais la solidarité n’aura été aussi importante, d’abord pour tenir bon dans cette crise qui nous frappe de plein fouet, mais également pour relever les défis qui nous attendent, dont celui de remettre sur les rails et de consolider notre système public de santé, affaibli par les politiques de tous les gouvernements qui se sont succédé à Québec depuis un quart de siècle.

Ainsi, bien que les anges de notre système de santé soient aujourd’hui fort appréciés, sachez qu’ils continueront de revendiquer de meilleures conditions de travail et d’exercice, et ce, au bénéfice de tous, notamment pour les personnes les plus vulnérables et les personnes aînées hébergées en CHSLD.

Au nom des milliers de membres qu’elle représente, la FSQ-CSQ compte bien participer aux travaux de consolidation de notre système public de santé, qui nous permettront de nous assurer de répondre à la demande de soins de qualité et sécuritaires envers nos personnes aînées! Comme vous l’avez dit et répété, nous leur devons bien cela! Ainsi, nous serons encore plus forts lors de la prochaine crise sanitaire. Ce n’est pas une question de choix, mais de nécessité!

J’espère sincèrement qu’une fois la crise passée, votre gouvernement et vous continuerez de manifester la même conscience de l’énormité des besoins et de l’urgence d’agir pour changer les façons de faire afin d’améliorer notre système public de santé. Vous n’avez plus d’autres choix!