Ravivons le Mondial des amuseurs publics!

OPINIONS/ Le MAP, abréviation du Mondial des amuseurs publics, était une petite fête sympathique qui se déroulait au parc des Chenaux, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine. L’ambiance y était familiale. L’événement est par la suite devenu le Comiqu’Art.

En 2008, le conseil municipal de Trois-Rivières avait voté une résolution pour lui accorder une aide financière de 100 000 $. Quoi de mieux qu’un beau sourire dans le visage de ses concitoyens!

À l’époque, le virage vert effectué à la Ville de Trois-Rivières se passait à l’étape du recyclage et on compostait et on composte toujours, ce qui est excellent. Mais ces dernières semaines, on dirait que le MAP se déplace à l’hôtel de ville. Il faudrait peut-être un amuseur public pour gérer les états d’âme de nos élus.

Le conseil de ville vient d’annoncer son refus d’accorder une aide financière de 100 000 $ pour une activité hivernale qui aurait diverti un public laissé vacant par les Nuits polaires, sous prétexte environnemental.

On veut être vert, parfait. Mais qui veut être vert?

C’est bien d’être vert, c’est même une bonne valeur de vie. Mais soyez conséquents de vos actes. Je salue certains conseillers qui se déplacent à vélo ou à pied, beau temps, mauvais temps. Et les autres conseillers vous ne prenez sûrement pas votre voiture pour vous rendre aux séances du conseil...

Avant de dire non à un financement à un événement, assurez-vous donc de savoir quelle quantité de gaz à effet de serre celui-ci libère. Je ne sais pas pourquoi mais je crois que vos supposées études scientifiques ne seront pas en mesure de vous l’exposer.

Trois-Rivières et son conseil municipal ressemblent de plus en plus à un cirque, et ce, depuis plusieurs années.

Il est grandement temps que cesse le comportement qu’exercent certains conseillers avec leurs égos, leurs idées personnelles véhiculées via les médias sociaux sous prétexte de réveiller la population sur leurs propres idéaux, et non sur ceux des concitoyens.

Il faut des membres du conseil qui se rallient quand même quand leurs idées ne passent pas. C’est comme cela que fonctionnent les vraies équipes de travail.

Tout cela me fait penser à deux choses.

D’abord, on pourrait renommer le MAP par le MEP, abréviation pour le Mondial des emmerdeurs publics. Avouez que ça sonne bien! Ensuite, ça me fait penser au célèbre film avec Leslie Nielsen, «Y a-t-il un pilote dans l’avion?». Le titre dit tout.

Jonathan Fraser

Trois-Rivières