Mariannick Mercure

Ralentissez, Madame Mercure!

Faut se le dire, Vision zéro est une approche concrètement efficace et éprouvée. Cette stratégie de sécurité routière est née sans surprise en Suède, au cœur de cette Scandinavie si impressionnante de mesures sociales proactives et participatives. Faut dire aussi que les pays scandinaves ont une histoire de collaboration beaucoup plus longue que la nôtre. Lorsque cela fait plus de 10 000 ans que des collectivités habitent un territoire parfois rude où l’entraide est une nécessité de survie, cela crée des liens solides, presque génétiques, comme un ADN de la solidarité si une telle chose se pouvait.

Vision zéro c’est a priori une approche qui met la priorité sur l’humain en s’appuyant sur le principe aussi vertueux qu’inattaquable qu’aucune perte de vie n’est acceptable. Bien sûr, toutes et tous applaudiront et se rallieront derrière ce noble objectif de zéro perte de vie, et ce, en fermant légèrement les yeux sur cette vérité que nous connaissons tous et que nous nommons fatalité. Vous savez cet infâme hasard qui nous rappelle que peu importe les efforts que nous mettons à tout contrôler, à veiller sur tout et sur tous, la vie est par définition imprévisible; bref, la fatalité fera toujours partie de l’équation. Elle se dressera toujours comme la triste démonstration de notre incapacité à tout prévoir.

Mais bon, ce n’est pas parce que l’objectif est utopique que nous devons abandonner l’idée de l’atteindre. Si l’approche de Vision zéro, constituée de plus ou moins six principes directeurs, est claire, on ne peut pas en dire autant des mesures qu’elle inspire. Car ces mesures varient de ville en ville, de pays en pays. Comme si l’humain était important certes, mais pas partout pareil. Trois-Rivières veut faire partie de ces villes éclairées, à l’avant-garde de la protection du plus faible usager… Je dis Bravo! Faisons-le! Mais comment?

Vision zéro doit refléter une décision collective réfléchie et réaliste. Gardons en tête que si nous prenons ce virage, il devra s’inscrire dans notre génétique collective, afin qu’il se transmette aux générations futures de Trifluviens et Trifluviennes. Vision zéro c’est avant tout une vision à long terme, une nouvelle façon de concevoir les villes et de les habiter. Vision zéro c’est la rencontre de l’urbanisme créatif et humain, de l’éducation citoyenne responsable et d’une réelle volonté politique afin que se dessine, se développe et se renforce une cohabitation urbaine harmonieuse, responsable et sécuritaire.

Mme Mercure, votre projet est noble, mais votre empressement à tout instaurer le plus rapidement possible trahit votre incompréhension des dynamiques de résistance aux changements. En tentant d’aller trop vite, vous n’obtiendrez jamais l’adhésion de la majorité de vos concitoyens. Tendez l’oreille, soyez attentive aux besoins, et pas seulement aux besoins de ceux celles qui sont proches de vous. Faites de Vision zéro un projet qui vous survivra, un projet plus grand que vous.

Prêchez par l’exemple et ralentissez, Mme Mercure, et vous réussirez étape par étape à faire de Trois-Rivières une ville plus sécuritaire, année après année, un citoyen convaincu à la fois.

Gilbert Mercure

Trois-Rivières