Qui veut être artiste?

OPINIONS / S’il est une profession, qu’elle ait auparavant rapporté un salaire convenable ou pas et dont il a été souvent question depuis cette crise sanitaire, c’est bien celle de l’artiste. L’artiste n’avait plus de gagne-pain. Là, le gouvernement du Québec s’amène avec quelques mesures mais…

En tout cas, retenons d’abord ce qu’a dit un jour Malraux au sujet du cinéma: cet art qui est aussi une industrie…

Il disait ça en songeant à l’immense mise en marché des films qui foisonnait déjà à l’époque où il était ministre de la Culture sous De Gaulle dans les années 60.

Eh bien, tous les artistes, quelle que soit leur discipline, passent d’une manière ou d’une autre par une forme d’industrie pour nous livrer leurs formules, leurs messages.

Une forme d’industrie, c’est-à-dire un média; ce qui désigne tout moyen de distribution, de diffusion ou de communication d’œuvres, de documents ou de messages écrits, visuels, sonores.

Et l’industrie, le média, (qui est fait de nombreux éléments et qui emploie bien du monde aussi), soutire du travail de l’artiste, à bon droit ou pas, sa part des recettes.

Bon, il y a la blague qui demande ‘‘Comment fait un musicien pour devenir millionnaire?’’ et qui répond ‘‘Il commence milliardaire’’…

Beaucoup d’appelés donc, et peu d’élus chez les artistes. Et de curieux parcours, d’étranges réussites quand on pense qu’un être comme John Lennon a dit un jour: «Mon oppression est l’unique raison pour laquelle je suis une vedette.»

C’est bien loin, à l’autre bout du spectre, de la simple expression d’une joie de vivre comme a pu l’exprimer Charles Trenet avec son Je chante.

Et John Lennon comme Charles Trenet furent des artistes.

Pierre Bourdieu disait: «Le désir de culture est un désir qui se cultive.»

Ce désir de culture, de beauté je dirais, est présent chez nous. Et donc, nombreuses et nombreux sont celles et ceux qui veulent renouer avec les artistes…

Réjean Martin

Trois-Rivières