Qui va se lever?

Quelques jours seulement après son élection et avant même son assermentation, François Legault annonce ses couleurs. Comme promis et selon le désir de 75 % des gens, il veut interdire les signes religieux chez les fonctionnaires en position d’autorité. Le week-end suivant, grosse manifestation dans la rue à Montréal pour dénoncer le racisme et même le sexisme envers les femmes selon une féministe. Ça n’a pas pris longtemps... Il y a fort à parier qu’on se préparait à manifester bien avant le résultat anticipé de l’élection.

Ce qui m’a frappé c’est le retour en force des musulmans sur la place publique. Ce qui était le plus frappant, c’était de voir de nombreuses femmes voilées et choquées accompagnées de jeunes enfants. Pourquoi pas! Il faut les habituer jeunes à manifester contre le système du peuple qui les a accueillis. Sur sa page Facebook, le fondamentaliste Adil Charkaoui s’en réjouit: «Plus on parle de l’Islam, plus il se propage. Et moins on en parle, plus il se propage», dit-il. «La solution est qu’ils [les Québécois] se convertissent et qu’on en finisse.» Qu’en pensez-vous?

Un autre fait qui me dérange et qui est très troublant: les pancartes sont majoritairement en anglais. L’une d’elles dit: «Racism is still with us. But it is up to us to prepare our children.» («Le racisme est encore parmi nous. C’est à nous de préparer nos enfants.») On attaque ici le nouveau gouvernement mais aussi les francophones et en plus de démontrer qu’ils (les musulmans) ne veulent rien faire pour s’intégrer. Se servir des enfants est inacceptable et très malsain. Permettez-moi de citer Denise Bombardier qui dit: «Cette mobilisation de petits musulmans provoque un réel malaise. Elle annonce les difficultés futures d’intégration de ces immigrants, que leurs parents enrégimentent dans le combat contre «l’islamophobie québécoise». Ils ne sont pas québécois, ils sont canadiens.

Je souhaite bonne chance et beaucoup de courage à monsieur Legault dans le combat qu’il se prépare livrer au magnanime Justin. Encore une fois «le multiculturalisme et le manque de législation» comme l’a déjà écrit Roger Greiss l’an dernier dans ces pages ramènent à l’avant-scène les problèmes que monsieur André Drouin avaient pointés du doigt il y a onze ans déjà, lors de la crise sur les accommodements raisonnables.

Ce qui ne devait jamais arriver ici se produit maintenant. On a assez balayé sous le tapis et il est plus que temps d’agir pour nos politiciens. Le meilleur moyen de régler un problème en ne faisant rien, comme le dit Jean Chrétien, n’est pas une solution. Nous avons fortement rejeté le multiculturalisme extrême et l’immobilisme lors de cette élection et il est temps de se tenir debout pour nos valeurs auxquelles les nouveaux arrivants devraient logiquement accepter.

Permettez une dernière citation d’une musulmane modérée dans l’opinion du Journal de Montréal: «Avec la CAQ, des femmes pourront enfin arriver au travail et se libérer quelques heures de leur voile ostentatoire en le rangeant lorsqu’elles seront au travail. Puis, elles pourront se voiler à nouveau en quittant le travail. On n’est pas moins croyante quand on se dévoile.» Et elle ajoute: «C’est relativement récent que le port du voile a été imposé aux femmes par des ayatollahs, pas dans un but religieux, mais plutôt afin de réprimer leur émancipation et leur soi-disant occidentalisation.» Ça dit tout...

Gaston Bouffard

Shawinigan