L’auteur de cette lettre analyse les raisons pour lesquelles le parti Québec solidaire de Gabriel Nadeau-Dubois et Manon Massé en est un d’opposition et de provocation.
L’auteur de cette lettre analyse les raisons pour lesquelles le parti Québec solidaire de Gabriel Nadeau-Dubois et Manon Massé en est un d’opposition et de provocation.

Québec solidaire: un parti d’opposition!

OPINIONS / L’auteur, Frankie Bernèche, est professeur de psychologie. Il habite Saint-Mathieu-du-Parc.

Avec le temps, plusieurs constatent que le parti politique Québec solidaire s’enlise dans la contestation et l’opposition des règles mises en place. Appui sans réserve du mouvement «Extinction rébellion» qui commet des actes illégaux, transgression des codes de vie à l’Assemblée nationale, photographie provocante d’une députée, etc. Bref, les exemples ne manquent pas. Pour plusieurs, ce manque de respect envers la société québécoise et ses représentants démocratiquement élus, vise essentiellement à se faire du capital de sympathie auprès des jeunes militants de gauche. Mais y aurait-il une autre explication à cette opposition et provocation? Assurément.

D’un point de vue psychologique, il y a dans la confrontation et l’opposition un volet plutôt révélateur de la personnalité de l’individu. Dans le cas des enfants négligés, par exemple, mon expérience d’intervenant à la protection de la jeunesse m’a montré l’existence de cette dynamique de confrontation. Paradoxalement, je me suis rendu compte que c’est lorsque je commençais à établir un lien significatif avec l’enfant, qu’il devenait plus agressif, plus rejetant.

Je me souviens avoir félicité un enfant pour le beau bricolage qu’il venait de réaliser en lui disant sincèrement qu’il était talentueux et que j’aimerais qu’il m’en réalise un second pour que je puisse le ramener à ma maison. Subitement, l’enfant a empoigné sa maquette et me l’a lancé en plein visage. Que venait-il de se passer? En fait par ce geste, l’enfant blessé par son vécu de négligence venait de me dire: «Et là, suis-je encore beau et bon à tes yeux? Tiens-tu toujours à moi?» Plus encore, l’enfant me disait: «Es-tu assez solide pour rester auprès de moi dans ces conditions ou partiras-tu comme les autres l’ont fait? Puis-je avoir confiance en toi?»

En somme, les réactions émotives telles que la confrontation et l’opposition sont intenses et incontrôlables chez les individus qui ont vécu des stress dans l’enfance. Mais derrière une façade «dure» d’arrogance et de mépris des règles, se cache une extrême fragilité liée au manque de reconnaissance de soi dans le passé.

Afin de mieux s’adapter aux personnalités qui s’opposent et confrontent systématiquement, il devient alors nécessaire de mieux les comprendre, leurs façons de ressentir, leurs motivations, leurs peurs. Les contester ouvertement ne fait d’augmenter leur besoin d’opposition. En reconnaissant leurs fragilités, il devient alors plus facile de les aider et de vivre avec eux. Pour la personne souffrante qui est excessivement sensible au regard des autres, cette reconnaissance a des effets apaisants et rassurants. En fait, les gens qui ont des personnalités souffrantes n’ont pas que des défauts et vulnérabilités, ils ont aussi des forces et une hyper sensibilité à l’environnement et c’est en misant sur leurs forces qu’ils deviennent plus conciliants et adaptés.