Quand tout le monde a raison

OPINIONS / Comme un peu tout le monde qui s’intéresse à la politique municipale, je suis avec intérêt la position brouillonne du conseil de ville autour de certains dossiers, dont celui du rallye-cross d’hiver. Je crois que celle-ci est due à un choc des réalités, où, les efforts des uns se heurtent aux principes des autres.

En amont de ces décisions souvent plus symboliques que pratiques, il serait temps de faire le point avec les organismes paramunicipaux, qui sont également financés par la ville, pour plancher sur ce qu’on attend de ces organisations et d’orienter leur travail en fonction des enjeux significatifs pour Trois-Rivières et ses citoyens. Dilapider l’argent, c’est accepter que des gens travaillent plusieurs semaines sur un évènement, pour le découdre de façon spectaculaire au moment de l’adoption d’une mesure bien secondaire au projet. Je demande au maire et aux conseillers de se pencher sur les orientations profondes des organisations subventionnées, pour enfin permettre que notre argent soit au service de projets qui se réaliseront en ayant une bonne chance de passer le test de l’adoption au conseil.

Simon Boudreau

Trois-Rivières