Quand le conseil municipal joue au vendeur de systèmes d’alarme...

Tout le dossier «Vision zéro» ne semble pas s’essouffler malgré la récente pause de la période des Fêtes et j’aimerais revenir sur une affirmation de la conseillère municipale du district des Forges inscrite dans l’article de Paule Vermot-Desroches du lundi 7 janvier. Ceci concerne l’inutilité de consulter la population lorsqu’il s’agit de sécurité. J’ai d’ailleurs reçu cette même réponse lors de la période de questions de la séance du conseil municipal du 20 novembre 2018.

Selon Mme Mercure, «il est clair que nous n’allions pas consulter sur le grand principe à savoir si on veut plus de sécurité routière ou non. Ça, c’est notre responsabilité et c’est ce qu’on a fait en adoptant le grand principe Vision zéro».

En tout respect, je dois dire que cette réponse n’est pas acceptable. Pourquoi? Laissez-moi vous expliquer en comparant maintenant cette affirmation sur la sécurité routière avec une situation bien réelle de la vie de tous les jours

Prenons l’exemple d’une maison, comme celle que nous avons vous et moi. Elle possède de bons verrous aux portes et son propriétaire possède un chien. De plus, selon les statistiques de la police, il n’y a aucune problématique de vols, d’entrées par effraction ou de crimes contre la personne dans ce quartier.

Un vendeur de systèmes d’alarme frappe à votre porte, pour les fins de l’exemple, appelons-le Monsieur Zéro. Ce dernier veut absolument vous faire dépenser d’importantes sommes d’argent afin que vous investissiez dans le meilleur système d’alarme au monde, celui qui est scientifiquement éprouvé et reconnu à l’international. Il vous dit: «voyons, mon bon monsieur, faites-le pour la sécurité de vos enfants, vous ne pouvez tout de même pas être contre plus de sécurité dans votre maison?!»

C’est exactement ce qui se passe actuellement dans notre ville. Le bilan routier est honorable et il n’y a présentement aucun problème majeur de mortalité sur nos routes. Les statistiques du service de police de Trois-Rivières, que nous avons obtenues à l’aide de la Loi sur l’accès à l’information, sont limpides. Est-ce qu’il y a des accidents sur nos routes? Oui, par définition, un accident est un évènement inévitable et incontrôlable. Sommes-nous en présence d’une problématique majeure d’accidents? Non!

Évidemment, nous sommes tous pour la sécurité, mais pas à n’importe quel prix et surtout pas sans avoir ciblé de réels besoins. Malgré une quantité impressionnante d’entrevues accordées dans les médias depuis les deux derniers mois, les conseillers porteurs du dossier «Vision zéro» sont incapables d’en prouver le besoin ni la nécessité. On veut ni plus ni moins appliquer une solution à un problème inexistant.

Repensez à mon vendeur cité plus haut, Monsieur Zéro, en gardant en tête la publicité de la ville de Trois-Rivières qui circule actuellement sur la page Facebook de certains conseillers. «Voyons mon bon monsieur, et si c’était vous la prochaine victime?!». Le conseil municipal joue actuellement au vendeur de systèmes d’alarme aux frais des contribuables.

Je n’ai rien contre les vendeurs de systèmes d’alarme. J’ai simplement basé mon texte sur une expérience vécue chez moi il y a quelques années. Disons que ce vendeur avait vraiment à cœur ma sécurité et celle de ma famille...

Stéphane Guay

Trois-Rivières