Sylvain Mayer

Pyrrhotite: quelques idées pour une solution moins coûteuse

Encore de l’argent pour la pyrrhotite mais pas de véritable solution réfléchie pour aider adéquatement les propriétaires victimes de ce fléau! La grande majorité des cas de pyrrhotite restant aujourd’hui dans la région de Trois-Rivières, comme une part significative de constructions détruites et reconstruites au cours des dernières années, ne nécessitent aucune réelle reconstruction. Bien souvent le béton est en état plus qu’acceptable, parfois même excellent, à part le fait qu’il contient un taux de pyrrhotite. Aucune infiltration n’est observée ni envisageable!

Les cas problèmes comportaient un taux élevé de pyrrhotite, une qualité médiocre de béton et une construction ne respectant pas les règles de l’art, combinaison parfaite pour une dégradation impressionnante, ce qui a généré, avec raison, la psychose. De surcroît, le coût exorbitant et abusif des travaux de correction pour les propriétaires, surtout lorsque le besoin réel de travaux est inexistant mais obligatoire pour obtenir le soutien gouvernemental et la tranquillité d’esprit, amplifie la problématique, double l’arnaque subie par les propriétaires.

Malheureusement, certains entrepreneurs en levage et autres vivant de la pyrrhotite préfèrent le lobby afin que des budgets gouvernementaux soient octroyés pour effectuer des travaux payants. Pourtant, il serait possible, comme mentionné en 2016, de régler le problème à peu de frais, garantir la sécurité d’esprit des propriétaires et possiblement éviter tous frais à jamais, pour les propriétaires comme pour les gouvernements.

Comment? Le gouvernement pourrait simplement émettre, en faveur des propriétaires touchés par la pyrrhotite, une caution de 75 000 $ transférable, plutôt qu’un chèque de 75 000 $ comme actuellement, avec obligation de travaux.

Ceci permettrait aux propriétaires d’avoir l’assurance que si le béton se détériorait avec présence d’infiltration, ils pourraient alors bénéficier de cette caution pour les aider à effectuer les travaux. De plus, les résidences reprendraient leur pleine valeur: les propriétaires pourraient vendre leur maison à des acheteurs sécurisés par les cautions, les municipalités et commissions scolaires pourraient facturer les pleines valeurs des taxes sur la propriété, les gouvernements ne défraieraient aucun sou. Tout le monde est gagnant, et la société aussi! Et, entre-temps, aucun coût.

Ce faisant, peut-être que seulement 20 %, ou moins, des dossiers nécessiteront à terme des travaux. Quelle magnifique économie pour les propriétaires, les gouvernements, les municipalités et le retour de la capacité économique pour les propriétaires et l’économie de Trois-Rivières! Moins intéressant pour les entrepreneurs, j’en conviens.

Denis L. Boisvert

Trois-Rivières