Chers candidats, il n’est pas trop tard pour créer une commission d’enquête indépendante afin de mieux cerner les tenants et aboutissants de ce drame.

Pyrrhotite : quel parti fera quelque chose?

En attente du jugement de l’interminable appel dans le procès de la pyrrhotite, cette crise disparaît des écrans radars lentement mais sûrement. Et c’est tragique.

Tout d’abord, il y a les victimes potentielles qui refusent obstinément de faire les tests nécessaires, mettant dangereusement en péril des années d’efforts pour obtenir une aide indispensable et un réel plan d’action face à la crise. La pyrrhotite, c’est une épreuve majeure dans une vie. Je comprends parfaitement les craintes. Je l’ai vécu. Cependant, je sais aussi que je n’aurais pas passé à travers sans aide financière. J’aurais tout perdu. Ces gens rendent leur épreuve future encore plus difficile.

Ensuite, dans les faits, même en cas de victoire juridique, il y a fort à parier qu’au final, j’aurais quand même perdu autour de 100 000$, sans compter les intérêts. Aujourd’hui âgé de 37 ans, avec les intérêts composés, ça représente plusieurs années de travail supplémentaire…

Effectivement, après les frais juridiques et le remboursement de la subvention, il ne restera probablement rien. Malheureusement, il n’y a pas d’arrêt Jordan dans notre cas. Absolument rien qui permet d’accélérer les démarches. J’ai longtemps espéré que les différents paliers de gouvernements profiteraient des négociations des dédommagements de la collusion pour y inclure la pyrrhotite, d’autant plus que ces derniers sont aussi victimes.

Toutefois, aussi incroyable que cela puisse paraître, c’est plutôt l’inverse qui s’est produit! Les affaires entre les gouvernements et SNC-Lavalin sont très prospères. Devant ce fait, en cette campagne électorale, quel parti s’engagera à transformer la subvention en don? Il me semble que les cordons de la bourse se sont ouverts beaucoup plus facilement pour les victimes des récentes inondations. Dans les deux cas, la nature est à la base du problème.

De notre côté, c’est moins soudain, moins impressionnant; mais il n’en demeure pas moins que les autorités ont échoué à prévenir et gérer cette crise, et ce, du début à la fin. Ce qui n’était pas nécessairement possible avec les inondations.

Par ailleurs, après tant d’années, c’est absolument décourageant d’en arriver au constat que les victimes sont en voie de devenir des Claude Robinson et qu’absolument rien, rien n’a été fait pour empêcher une telle crise de se reproduire.

En sachant que, à l’instar du radon par exemple, on retrouve le minéral fautif un peu partout au pays, et qu’il n’y a somme toute peu ou pas de conséquences à créer la pire crise immobilière de l’histoire du pays, il n’y a pas de quoi rassurer personne, y compris ceux qui en ont marre d’entendre parler de pyrrhotite.

Encore une fois, chers candidats, il n’est pas trop tard pour créer une commission d’enquête indépendante afin de mieux cerner les tenants et aboutissants de ce drame, mais surtout créer des outils afin de minimiser les risques quant à l’éclosion d’une autre crise de la pyrrhotite.

Finalement, la pyrrhotite est un sujet qui lasse les gens. Toutefois, pour toutes les raisons énumérées ci-haut, il serait irresponsable de balayer le sujet sous le tapis, car malheureusement il n’a pas fini de bouleverser des vies. Il m’apparaît donc fort logique que le sujet devienne un thème central de la présente campagne; à savoir quelle formation prendra de réels engagements afin de dédommager adéquatement les victimes, mais surtout éviter qu’il y en ait d’autres un jour. Voilà ce que la population espère d’un gouvernement responsable et qui agit dans le meilleur intérêt de la société.

Marc-Olivier Gagné

Victime de la pyrrhotite