Le projet de loi 61 d gouvernement de François Legault pour relancer l’économie ne fait pas l’unanimité.
Le projet de loi 61 d gouvernement de François Legault pour relancer l’économie ne fait pas l’unanimité.

Projet de loi 61: seul on va plus vite, mais c’est ensemble qu’on va plus loin.

OPINIONS / Alors que depuis des semaines de nombreux citoyens et des associations plaidaient pour une relance écologique et sociale, voilà que le gouvernement de la CAQ assène un coup de massue aux aspirations au changement. Le projet de loi 61 qui doit être adopté prochainement était censé représenter un plan pour une relance économique post COVID-19. Or, ce projet de loi est inacceptable.

Ce projet de loi 61 assouplit les exigences environnementales pour accélérer les projets de construction, quitte à tourner les coins ronds lors des évaluations environnementales et lors des consultations citoyennes. Pire encore, cette loi introduirait une compensation financière pour la destruction d’habitats, dont ceux d’espèces menacées et vulnérables, ainsi que la modification des limites des parcs nationaux pour réaliser des projets d’infrastructures. La relance ne devrait pas se faire au détriment de l’environnement. Les règles environnementales sont souvent ce qui protège le mieux les espèces menacées et nos territoires de l’exploitation et de la destruction tous azimuts.

Sur le plan démocratique, ce n’est guère mieux. Le projet de loi 61 est une menace à nos institutions et à la bonne tenue des débats parlementaires. Par l’envie d’accélérer les choses, le processus législatif risque d’être bâclé et les consultations publiques restreintes. Pire, en accélérant la remise des contrats de constructions, cette loi risque de favoriser la corruption.

La raison évoquée par le gouvernement pour ce projet de loi est de vouloir accélérer la relance. Le problème, c’est qu’en contournant des règles, notamment celles sur l’environnement et la démocratie, il va au contraire ralentir ce qui aurait pu être une vraie relance pour notre société. C’est comme lorsqu’on est tellement pressé d’arriver à un endroit et qu’on décide de dépasser les limites de vitesse. Résultat, on se fait arrêter par la police et au final, cela nous prend encore plus de temps que si on avait respecté le Code de la route. Et cela, c’est sans parler des risques d’accident...

Ce que le gouvernement doit faire: renoncer à tout allégement des règles environnementales; faire une relance juste, écologique et sociale; renforcer les effectifs au sein des ministères; assurer l’intégrité des principes démocratiques et d’État de droit; prévoir une limite temporelle à l’état d’urgence sanitaire; consulter et impliquer la population ainsi que les associations environnementales et sociales pour réaliser un plan de relance.

Il faut donc prendre le temps pour bien faire la relance, non pas pour «revenir à la normale», mais pour véritablement changer la société.

Plutôt que de tout vouloir faire à la «va-vite», souhaitons que le gouvernement soit à l’écoute de la population. Oui, en démocratie ça prend du temps pour adopter des lois, mais c’est en prenant le temps qu’on fait bien les choses.

Emanuel Protz

Trois-Rivières