Précision

POINT DE VUE / Chères lectrices, chers lecteurs,

Par la présente, je souhaite corriger une erreur qui s’est malencontreusement glissée dans les sections Opinions du 2 juin 2020 des quotidiens du groupe de la Corporative nationale de l’information indépendante. En effet, à la lecture de la lettre d’opinion intitulée «Retraite Québec: une fausse sécurité financière», nous avons réalisé que les signataires citaient un texte de M. Michel Lizée, publié par l’Observatoire de la retraite en 2015, où il est fait mention de retraités qui ont vu leurs retraites coupées de 20 %, 30 % ou 40 % par leurs anciens employeurs.

Dans son analyse, M. Lizée mentionne, «le lourd prix payé par les retraités d’Aleris, de Produits forestiers Résolu ou de Papiers White Birch», afin d’illustrer son propos.

Or, s’il est vrai que certaines entreprises qui ont expérimenté des difficultés financières dans le passé n’ont pas toujours été en mesure de protéger leurs fonds de pension, il est important de mentionner que Produits forestiers Résolu a maintenu l’intégrité de tous ses fonds de retraite enregistrés au sortir de la crise financière à laquelle elle a dû faire face en 2011. Il est donc erroné de mentionner que les retraités de Produits forestiers Résolu aient pu faire les frais d’une restructuration ou d’un redressement financier.

Par respect pour nos retraités, par respect pour les lectrices et lecteurs de la CN2I et par respect pour les signataires d’une lettre autrement bien ficelée, nous croyons qu’il est indispensable de corriger cette situation.

Louis Bouchard, directeur principal - Affaires publiques et relations gouvernementales - Canada

Produits forestiers Résolu