Pour une Église en phase avec son époque

Voici, en vrac, les réflexions d’un croyant qui a été profondément blessé par son Église et la religion. L’enseignement janséniste que j’ai reçu m’a fait croire que, quoi que je dise, quoi que je fasse, et même quoi que je pense, j’étais damné à tout jamais. Il y avait Dieu qui surveillait tout, même mes pensées les plus secrètes, et qui ensuite bavassait tout à saint Pierre qui, lui, entrait scrupuleusement tout dans un grand livre à la porte du ciel.

Ma religion est vite devenue impossible à suivre. Et je l’ai mise de côté.

Plus tard, plusieurs prêtres ont courageusement défié la loi Romaine et m’ont tendu la main pour m’amener à croire que le Dieu qu’on m’avait présenté était un faux Dieu.

Ce fut le début d’un long cheminement vers la foi en l’amour et la libération de la conscience. Je qualifie le tout de guérison miraculeuse.

C’est en reconnaissance de cela que je participe à cet exercice du Forum André Naud que j’écris ce texte:

Dans l’Église que je désire:

- tout le monde est égal; il n’y a pas de hiérarchie;

- il n’y a pas de droit canon qui sera remplacé par la croix;

- il n’y a pas de curie romaine pour régir les consciences;

- nous revenons aux Églises d’avant Constantin;

- nous renonçons à l’Avoir, la Gloire, le Pouvoir;

- il y a des rites signifiants et de notre temps;

- nous redonnons aux évêques le rôle des Presbytes primitifs;

- les Églises sont locales et non Romaines;

- au mémorial de la croix, nous ajoutons celui du service (lavement des pieds);

- nous enlevons tout le faste inutile des cérémonies;

- nous parlons d’Amour et non de péché;

- les femmes font parties de l’égalité;

- nous allons vers les rejetés sans question;

- les Presbytes sont élus par la communauté qui leur imposent les mains;

- nous cessons de diaboliser la sexualité;

- nous ne confondons plus uniformité et unité. Cette unité est vécue dans la foi dans un Dieu Amour et non dans un pape.

Est-ce une utopie?

Je ne crois pas.

Il y a dans plusieurs communautés de base des amorces de ces changements.

Il suffirait pour l’Église catholique actuelle d’accepter d’être évangélisée par eux.

Louis Blanchard

Shawinigan