Pour le maintien de l’ordre

Je suis pour le registre des armes à feu. J’ai possédé des armes sportives toute ma vie. À l’âge de 5 ans, mon père nous apprenait déjà le maniement sécuritaire à l’aide d’une arme-jouet. J’ai méprisé le gouvernement de l’époque lors de l’abolition du registre fédéral puis lors de la mesquine destruction des données. J’ai enregistré à nouveau mes armes dès la mise en ligne du Service d’immatriculation des armes à feu (SIAF) du Québec. Oui, c’est une embûche de plus à la pratique du loisir si on considère tous les permis, autorisations, certificats, immatriculations, enregistrements, attestations et tout le toutim, que nous imposent les autorités compétentes.

Mais je considère que le but en vaut la peine. Mais surtout et aussi que je ne saurais m’identifier à la NRA ou la NFA en faisant miens les arguments employés par ces associations. Demandez à une personne qui s’est déjà retrouvée face au côté opératoire d’une arme à feu manipulée de façon inappropriée ce qu’elle en pense. Le SIAF ne me prive pas de mon privilège de posséder des armes sportives. Dans une société organisée, c’est un outil de maintien de l’ordre et de comportement sécuritaire.

Louis Rivard

Trois-Rivières