En cette campagne électorale, tous les partis politiques ont fait front commun concernant la gestion de l’offre, dans le cadre des négociations sur un accord commercial avec les États-Unis. Le président de l’UPA, Marcel Groleau, est ici accompagné de Manon Massé, Philippe Couillard et Jean-François Lisée.

Pour la gestion de l’offre, sans savoir pourquoi…

Sylvain Charlebois est professeur en distribution et politiques agroalimentaires, Université Dalhousie et Directeur Scientifique (intérimaire) de l’Institut des Sciences Analytiques en Agroalimentaire.

Au Québec, toutes les personnalités œuvrant en politique (à l’exception de Maxime Bernier au fédéral) clament leur appui pour un système qui existe depuis des décennies. La parade des chefs avec le «pape» de l’agriculture québécoise, Marcel Groleau, durant une campagne électorale, dépeint une image marquée de l’hypocrisie politique liée à la gestion de l’offre qui exploite l’ignorance des Québécois. Mais pire encore, le pouvoir inouï du lobby agricole dans la province fait carrément peur.

La grande majorité des Québécois n’a qu’une vague idée de ce que signifie la gestion de l’offre et s’avère très embêtée d’en expliquer les tenants et aboutissants. Ce système, complexe à plusieurs niveaux, repose tout de même sur un principe fondamental facile à expliquer. La gestion de l’offre nous permet de produire ce dont nous avons besoin, ni plus ni moins. Le hic, plusieurs croient que la gestion de l’offre joue un rôle essentiel pour notre économie, sans jamais savoir pourquoi. Ce noble principe nous fait croire facilement aux vertus du système, mais son côté plus sombre n’obtient pas l’attention qu’il devrait. Par exemple, au Canada, nous avons perdu plus de 32 000 fermes laitières depuis 40 ans, malgré notre système protectionniste. Mais où sont tous ces producteurs qui ont quitté l’industrie? Et que dire des nombreux projets de transformation laitière qui n’ont jamais vu le jour en raison du prix exorbitant du lait à la ferme, deux fois plus élevé qu’aux États-Unis?

Cette attention démesurée accordée aux filières assujetties à la gestion de l’offre, le lait, les œufs et la volaille ne cesse d’étonner lorsqu’on pense au poids économique nettement plus imposant des secteurs bovins, porcins et céréaliers. Les filières sous la gestion de l’offre représentent moins de 25 % du PNB généré par l’agriculture canadienne. Les 75 % restant tiennent mordicus à une entente favorable avec les Américains, fait-il le rappeler. Malgré toute l’attention qu’on lui porte, la gestion de l’offre représente à peine 2 % du PIB canadien. Elle protège l’élite agricole du pays, des milliards en quotas qui appartiennent à un cercle très fermé de producteurs, pendant que les autres qui opèrent à l’extérieur de la gestion de l’offre développent d’arrache-pied de nouveaux marchés pour leurs produits. Les producteurs laitiers et avicoles travaillent fort et veulent notre bien-être, cela va de soi, mais la plupart d’entre eux ne correspondent pas du tout au profil d’un entrepreneur comme la majorité des Québécois et Canadiens pourraient le croire. Ils ont un mandat clair et simple ainsi qu’un revenu garanti par la loi.

Le mouvement «Unis pour la gestion de l’offre» minimise toute chance d’avoir un réel débat sur un modèle très méconnu du public. L’héritage du mouvement polarise vraisemblablement les idées: le clan du pour ou du contre, sans que personne ne sache vraiment pourquoi.

Au Québec, quiconque se prononce contre le régime actuel se trouve carrément écarté. Pour certains agronomes, agroéconomistes et chercheurs, il devient extrêmement difficile, parfois même impossible de se trouver un emploi au Québec s’ils osent questionner l’existence de la gestion de l’offre. Un malaise, certes, mais un phénomène connu dans le secteur. Le manque d’audace politique nous a empêchés de voir et d’accepter les failles du système actuel. L’Union des producteurs agricoles l’admet d’emblée. Ce système se conjugue mal avec nos ambitions à l’international. Au Canada, pour une économie durable, il nous faut une économie ouverte au monde. L’Administration Trump exige un meilleur accès au marché canadien, et non la fin de la gestion de l’offre... Nuance.

Il est possible de reformuler la gestion de l’offre sans nécessairement la sacrifier, mais il faut en parler. Y mettre fin constituerait une grave erreur, mais d’empêcher les citoyens de se prononcer est encore pire. Le système actuel comporte de sévères limites. Il soupèse l’innovation et empêche souvent ceux provenant de l’extérieur du système d’y participer et d’apporter de nouvelles idées.

Contrairement à ce que pensent les agriculteurs, le problème de la gestion de l’offre nous concerne tous, pas seulement les artisans du secteur. Nous achetons ces produits tous les jours, bien entendu, mais nous agissons aussi en tant qu’investisseurs. Peu de gens savent que Financement agricole Canada, une société de la Couronne qui nous appartient a des milliards de dollars de prêts utilisant en garantie des quotas détenus par des producteurs laitiers et avicoles. Si la valeur des quotas diminue, nous en paierons tous les frais, et ceci ne reflète qu’un exemple parmi tant d’autres.

Nous devons songer à une vraie refonte de la gestion de l’offre en version 2.0, mais nous accusons déjà au moins 20 ans en retard. Il nous fallait un président Trump pour nous le rappeler. Ce qui arrive avec les négociations canado-américaines était prévisible. Mais l’administration Trump ne représente qu’une distraction à un plus gros problème que nous avons sur les bras. L’agriculture canadienne, non seulement québécoise, se cache derrière des mesures protectionnistes depuis trop longtemps. Notre secteur agroalimentaire possède quelque chose d’exceptionnel à offrir au reste du monde et il est temps que les barrières tombent. Nos produits laitiers, notre volaille, nos œufs sont d’une qualité remarquable. Pourquoi garder tous ces produits pour nous quand l’ensemble de la planète pourrait en profiter?