La limite de vitesse dans les zones scolaire est fixé à 30 km/h de septembre à juin alors que les classes reprennent en août.

Pour des zones scolaires sécuritaires et fonctionnelles

OPINIONS / Depuis quelques années, nous entendons des propos au sujet de la sécurité des piétons dans notre ville. Malgré certaines tergiversations dans l’actualisation de cette orientation, le conseil municipal est très conscient de cet enjeu.

Aujourd’hui ma réflexion concerne la sécurité dans les zones scolaires. Je trouve important le respect de ces zones pour le bien-être des élèves et des brigadiers scolaires.

À l’époque où l’informatisation est dans nos vies, pourrions-nous avoir des zones scolaires plus fonctionnelles? Ainsi, par exemple, sur le boulevard des Forges au coin de la rue Pierriche, les panneaux de signalisation indiquent 30 km/h entre 7 h et 17 h du lundi au vendredi, et ce, du mois de septembre à la fin du mois de juin. Est-ce que les élèves qui vont à l’école traversent la rue à toutes les heures de la journée? Non. Le même constat s’applique à toutes les zones scolaires de la ville.

Ma proposition est la suivante. En référant à la réglementation appliquée, entre autres, dans certains états américains, je propose de conserver la limite de vitesse à 30 km/h et d’installer au début et à la fin de la zone scolaire des lumières clignotantes visibles au-dessus de la rue. Pourquoi cet endroit? Alerter les automobilistes qui seraient distraits. Ces lumières clignoteraient à des heures déterminées pour signifier que nous sommes dans une zone scolaire et que les élèves sont présents. Ainsi, à titre indicatif, pour la zone que je citais antérieurement, avoir des signaux clignotants de 7 h 30 à 8 h 45, de 11 h 30 à 12 h 45, de 15 h à 16 h.

En dehors de ces périodes, les signaux clignotants s’éteindraient et les véhicules automobiles circuleraient à la vitesse permise sur le boulevard des Forges. Bien entendu la présence d’un brigadier scolaire pour accompagner les enfants demeure toujours une nécessité. Également, il faut une signalisation très visible dans ces zones (panneaux, etc.).

Pour les automobilistes délinquants, une majoration substantielle des amendes inciterait au respect de la réglementation. Également le corps policier pourrait assumer une surveillance accrue pendant ces périodes déterminées. Je crois, qu’avec cette nouvelle façon de faire, les automobilistes seraient plus attentifs et prévenants.

Y a-t-il une situation plus frustrante que de demander aux automobilistes de respecter la zone scolaire entre le 23 et le 30 juin de chaque année, alors que les élèves ne vont plus à l’école? Le même raisonnement s’applique lors des journées pédagogiques.

Je crois qu’une zone scolaire bien identifiée et adaptée à la présence d’élèves à des périodes précises de la journée serait plus fonctionnelle. Ce changement aurait, certainement, une incidence positive sur la sécurité des élèves, des brigadiers scolaires et la satisfaction des automobilistes. N’est-ce pas le mandat de notre conseil municipal?

Serge Lemieux

Secteur Les Forges

Trois-Rivières