Le premier ministre Philippe Couillard et le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, ont procédé la semaine dernière au dévoilement du plan de lutte à la pauvreté. Malgré certaines initiatives intéressantes, il manque toujours de ressources pour répondre aux besoins toujours criants.

Plan de lutte à la pauvreté: de la poudre aux yeux?

Le gouvernement du Québec vient de présenter son troisième plan de lutte à la pauvreté. Comme il sait toujours si bien le faire, il présente des chiffres et des projets qui ont toujours le don de nous éblouir: 100 000 personnes vont sortir de la pauvreté et un investissement de près de trois milliards de dollars d’argent frais. Qui peut être contre une telle proposition?

Mais le gouvernement se comporte un peu comme certaines compagnies d’assurances: le diable se cache dans les détails, dans ce qu’il ne dit pas et dans les petites notes en bas de page.

Contrairement à ce qu’il paraît de prime abord, ce n’est pas trois milliards $ d’argent frais que le ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale dirige vers les prestataires de l’aide sociale, mais une série de mesures financées par différents ministères pour différentes clientèles souffrant de pauvreté.

C’est le troisième plan de lutte à la pauvreté que le gouvernement nous présente, avec toujours les mêmes principes: l’emploi est la première solution pour assurer la sécurité économique et l’inclusion sociale des personnes et il faut protéger les personnes qui ont des contraintes sévères à l’emploi.

Pourtant, malgré ces beaux principes, il n’y a jamais eu autant de pauvreté au Québec. Pas moins de 800 000 personnes sont à faibles revenus; plus du tiers des contribuables ne paient pas d’impôt à cause de leurs trop faibles revenus, les refuges pour sans-abri débordent et il y a explosion des demandes dans les banques alimentaires. Cherchez l’erreur.

Quand la société civile s’est mobilisée, au début des années 2000, pour que soit adoptée la Loi visant à lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale, des solutions avaient été avancées pour y arriver: augmenter le salaire minimum, ne faire aucune coupure au chèque d’aide sociale qui est déjà insuffisant pour vivre, augmenter graduellement la prestation pour couvrir les besoins essentiels et offrir des mesures d’aide à l’emploi qui permettent d’intégrer le marché du travail.

Dans le présent plan d’action qui est proposé par le gouvernement du Québec, il n’est pas question de hausser sérieusement le salaire minimum pour permettre la sortie de la pauvreté: 0,50 $/heure en mai prochain, puis deux ans à 0,35 $. Quand il présente les revenus des personnes qui travaillent au salaire minimum, il le fait toujours comme si la majorité travaillait 40 heures par semaine alors qu’il y a davantage de travailleuses et travailleurs qui travaillent à temps partiel ou en deçà de ce nombre d’heures. 

Quant à la situation des personnes à l’aide sociale, les personnes les plus pauvres sont les personnes seules qui constituent 80 % des prestataires. Pour près de 60 % d’entre-deux, la pauvreté est très grande: la prestation d’aide sociale couvre à peine 52 % de ce qui leur est nécessaire pour couvrir leurs besoins essentiels sans qu’il leur soit permis de pouvoir combler la différence par des exemptions plus importantes pour les revenus de travail. Le nouveau plan d’action propose de couvrir 55 % au lieu de 52 % de leurs besoins de base. Ils pourront améliorer temporairement cette situation en participant à une mesure d’employabilité, mais s’ils ne réussissent pas à intégrer le marché de l’emploi, ils se trouveront à nouveau à tirer le diable par la queue avec 55 % de leurs besoins couverts. Nous croyons – et une ancienne ministre de l’aide sociale l’a déjà verbalisé – qu’il y a un fort pourcentage de personnes à l’aide sociale, considérées aptes au travail, qui ne le sont pas. 

Quant à l’amélioration de la prestation des personnes qui ont des contraintes très sévères à l’emploi pour atteindre la mesure du panier de consommation, il faut savoir que ce n’est pas tout le monde qui aura accès à cette augmentation immédiatement, puisqu’il faudra avoir été admis au programme Solidarité sociale (contraintes sévères) depuis presque six ans, avant d’y avoir accès.

Nous croyons que la société civile avait raison en l’an 2000 quand elle ciblait comme cause de la pauvreté l’insuffisance de revenus et proposait des solutions pour y remédier. Les vrais reculs de la pauvreté le sont quand on prend cette réalité en compte comme lorsqu’on a augmenté sérieusement les allocations familiales pour les familles avec enfants.  

Sinon, nous avons un plan de lutte à la pauvreté, tel qu’il nous a été présenté le 10 décembre dernier, qui finance toute une série de mesures, principalement des cataplasmes, sans lutter contre les inégalités sociales et sans s’attaquer à la source de ces inégalités.

Lisette Dionne

Au nom de la Coalition pour les droits des personnes assistées sociales des régions Mauricie et Centre-du-Québec