Peur de la mort...

OPINIONS / Au fond de chacun de nous se cache une peur, consciente ou non.

Et celle-ci influence nos pensées et notre quotidien, bien qu’il suffit de «s’arrêter» pour y voir plus clair...

Cette peur de la maladie, de la COVID, de la deuxième vague... et surtout, «peur de la mort».

Celle dont on ne parle pas...

Elle est là, au fond de nous, enfouie dans les inconscients des petits comme des grands.

Si nous la démasquons, elle n’aura plus de prise sur nous ou beaucoup moins.

Par contre, si nous ne la rencontrons pas, elle prendra le contrôle de nos émotions et sera à la source de nos paroles et de nos vies.

C’est un leurre de penser que nous ne mourrons pas!

Sans pour autant en faire l’apologie, elle arrivera. C’est une évidence pour tout le monde.

Pour ma part, je préfère la regarder en face car elle fait partie de notre vie. Cela me rend, me semble-t-il, plus sereine.

C’est pourtant un discours qui est très impopulaire. Il faut fuir de toutes ses forces cette peur archaïque et l’éviter autant que faire se peut... Ne pas la nommer. L’enterrer au plus profond de soi.

Et pourtant...

Cela ne fait pas mourir d’en parler. Au contraire. Cela fait «vivre». Et plus intensément que jamais.

Car on a davantage la conscience du temps qui passe. On peut le savourer, l’honorer un jour à la fois. Jusqu’au bout de notre vie.

Sylvie Tessier Dumas

Trois-Rivières