Pendant la crise de la COVID-19, j’ai réalisé que...

OPINIONS / Dans les CHSLD, il y a le personnel régulier qui gravite autour des résidents sur une base permanente. Les gens dont je vous parle sont ceux qui s’occupent de nos familles qui y résident. Ils sont là pour les sortir du lit, les faire manger, procéder aux soins d’hygiène, à l’habillement, les faire marcher, changer les culottes d’incontinence, nettoyer les prothèses dentaires, changer la literie, etc.

Mais il y a aussi le lien d’attachement qui se développe au fil du temps. Ce personnel régulier connaît les moindres plaisirs et déplaisirs des résidents qui sont sous leurs ailes au quotidien.

Ils sont sensibles a leur bonheur. Ils connaissent mieux que quiconque les habitudes et les rituels de ces derniers. Ils savent apaiser ceux qui souffrent de démence ou ceux qui ont tendance à s’agiter. Parce qu’ils les connaissent, ils utilisent la diversion appropriée lors des conflits pour viser l’accalmie. Ils apaisent les anxieux en les divertissant ou tout simplement en étant auprès d’eux. Ils sont les visages connus et ces visages sont rassurants.

Mais quand j’ai constaté l’absence du personnel régulier lors de l’éclosion de la COVID-19 au Centre Cloutier-du Rivage à cause de la maladie, j’ai réalisé encore plus la valeur de l’équipe.

Plus rien n’est pareil, les nouveaux employés qui, avec leur grande volonté tentent de répondre à la tâche ne connaissent pas les résidents. Ils ne connaissent pas leurs habitudes, leurs peurs, leurs rituels, ce qu’ils aiment ou n’aiment pas, comment les soulager, les apaiser, les positions à privilégier pour favoriser le confort. Les membres du personnel volant sont des répondants de dernier recours qui travaillent avec cœur et bonne volonté mais ils ne connaissent pas l’essentiel ou les besoins recherchés par nos aînés. Les journées sont ardues pour le personnel et les usagers.

D’où l’importance d’une équipe régulière auprès de nos familles. Cette présence a une valeur inestimable!

Alors quand j’entends nos gestionnaires et ceux qui nous gouvernent parler de mobilité, je crois plutôt qu’ils doivent rechercher cette grande valeur qu’est la stabilité et éviter la mobilisation du personnel. Selon moi, c’est la clé de la réussite autant pour les soignants que pour les résidents. Parce qu’avoir la connaissance des actions à entreprendre facilite grandement la tâche des employés et agrémente la vie des usagers.

Merci au personnel régulier (du deuxième étage, aile D) du Centre Cloutier-du Rivage, ceux qui s’occupent de Silvie Gervais. On peut ressentir le dévouement, l’empathie et l’amour qu’ils portent à nos familles. À voir les yeux de Silvie lorsqu’elle porte le regard vers l’équipe permanente, je comprends l’estime et l’affection qu’elle ressent. Je vois son bonheur à les regarder. Un merci spécial à vous, Karine Ouimet, Sandra, Geneviève, Manon, etc.

Sonia Cossette

Sorel-Tracy