Alain Rayes

Payer pour un échec

L’auteur, Alain Rayes, est député du Parti conservateur de Richmond-Arthabaska à la Chambre des communes.

Justin Trudeau oblige les Canadiens à payer pour son échec à soutenir les hommes et les femmes du secteur énergétique du Canada.

Kinder Morgan se retire d’un projet énergétique majeur ici au Canada. L’entreprise n’a jamais demandé un dollar des contribuables pour le projet de pipeline Trans Mountain. Tout ce qu’elle voulait était une certitude du gouvernement pour aller de l’avant avec la construction.

Au lieu de cela, elle a eu retard après retard, et aucun plan pour mener le projet à bien.

Maintenant, Justin Trudeau a décidé d’utiliser l’argent des contribuables pour acheter la totalité du pipeline. Il dit que ça coûtera 4,5 milliards de dollars. Cependant, ce n’est que le minimum pour le portefeuille des contribuables.

Pis encore, ce sont 4,5 milliards de dollars que le secteur privé va tout simplement investir dans d’autres projets énergétiques hors du Canada. Le Canada est devenu moins concurrentiel cette semaine, et les Canadiens en paient le prix.

Justin Trudeau fait croire aux Canadiens que la seule façon de construire le pipeline Trans Mountain est d’utiliser des milliards de dollars des contribuables. C’est faux. Quatre pipelines ont été construits sous le gouvernement précédent sans dépenser un sou de l’argent des contribuables.

Plus de certitude, un faible fardeau fiscal, et une réglementation efficace et efficiente aident des projets comme Trans Mountain à voir le jour sans en imposer le fardeau aux contribuables.

Nous, les conservateurs du Canada, continuerons à défendre le secteur des ressources naturelles et, point le plus important, les hommes et les femmes qui en vivent. Ils peuvent compter sur nous pour leur donner une voix contre un premier ministre qui est déterminé à supprimer leurs emplois.